En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jeff Beck

Guitariste, chanteur et compositeur de rock britannique (Wallington, Surrey, 1944).

Avec Eric Clapton et Jimmy Page, il reste l'un des principaux « guitar heroes » du rock britannique des années 1960-1970. Une personnalité rugueuse aux options musicales très variées, du blues-rock au hard en passant par la pop et le jazz-rock.

Adolescent surdoué, il commence très tôt sa carrière au sein des Tridents, groupe qui connaît vite un succès local. La réputation de Beck est déjà assez grande pour qu'on lui propose, en 1965, de remplacer Clapton lui-même au sein des Yardbirds. Jeff accepte, et, pendant une année, il va développer son jeu de guitare nerveux, ses riffs courts, son sens du rythme et son goût prononcé pour les techniques nouvelles — réverbération, fuzz-box et distorsion. Cette conception flamboyante de son instrument finit par indisposer une autre star du groupe, Jimmy Page. Beck, dont le caractère a toujours été très entier, ne supporte plus les rancœurs de son collègue et quitte brusquement le groupe, en octobre 1966, au cours d'une tournée américaine. Il entame alors une carrière solo, mais doit reconnaître que ses qualités vocales sont loin, très loin, d'égaler son jeu magique à la guitare. Il enregistre cependant un petit hit pop Hi-Ho Silver Lining, qui connaîtra une longue fortune, puisqu'on le reverra dans les charts en 1972 et en 1982. Conscient de ses limites comme chanteur, Beck forme le Jeff Beck Group en 1968, attirant autour de lui des musiciens aussi cotés que Rod Stewart au chant, Ron Wood (futur Faces et futur Rolling Stones) à la basse, Nicky Hopkins (collaborateur régulier des Stones lui aussi) au piano, et Mickey Waller à la batterie. Le groupe enregistre deux albums — Truth et Cosa Nostra Beck-Ola — couronnés de succès, juste avant que le leader (par ailleurs passionné par les belles voitures) soit victime d'un grave accident de la route.

Jazz-rock. Dès sa sortie de l'hôpital, Beck se relance dans le bain, animant deux formations successives, qui aboutissent, en 1973, à l'un de ses meilleurs albums, Blow Blow Blow (produit par George Martin, où se combinent admirablement influences rock, jazz et blues. Beck travaille alors avec des musiciens de la mouvance jazz-rock, comme le Mahavishnu Orchestra, de John McLaughlin, et le Tchèque Jan Hammer, avec qui il enregistre deux disques, en 1977 et 1980. Au cours des décennies suivantes, il mène une carrière un peu dispersée, multipliant les collaborations prestigieuses (Rod Stewart, Mick Jagger) et composant pour la télévision. En tout état de cause, il demeure, pour la postérité, un instrumentiste hors pair, qui a poussé la guitare rock à un niveau époustouflant.