En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Francis Bebey

Écrivain et chanteur-musicien camerounais (Douala 1929-Paris 2001).

Francis Bebey est l'un des écrivains camerounais les plus importants de la période qui a suivi l'indépendance, mais il est également très réputé pour son œuvre de compositeur et de chanteur. Fils d'un pasteur baptiste, il vint à Paris en 1951 pour poursuivre ses études et, après avoir obtenu une licence d'anglais à la Sorbonne, il devenait reporter pour la Société de Radiodiffusion de la France d'outre-mer. Dix ans plus tard, il entrait à l'Unesco où il travaillera jusqu'en 1974. Pendant cette période, Bebey publia de nombreux ouvrages et sillonna le monde en donnant de nombreux récitals de guitare, son instrument privilégié d'expression musicale. Il composa également plusieurs dizaines de chansons, dont le succès a fait le tour de l'Afrique.

Son œuvre littéraire, d'inspiration populaire et humaniste, explore le problème universel du conflit des générations tiraillées entre le savoir moderne et la sagesse traditionnelle. Dans un style littéraire original qui mêle réalité et fiction, Bebey peint la vie de l'Africain moyen avec humour et sensibilité. Son premier roman le Fils d'Agatha Moudio (1967), traduit en cinq langues, lui valut le grand prix littéraire d'Afrique noire. L'ouvrage relate l'histoire d'un jeune villageois qui hésite entre une femme émancipée, dont il est amoureux, et l'épouse choisie par son père. Il continue à publier plusieurs autres romans (la Poupée Ashanti, 1973 ; le Roi Albert d'Effidi, 1976 ; le Ministre et le Griot, 1992), des nouvelles (Embarras et Cie, 1968 ; Trois petits cireurs, 1972), ainsi que des poèmes (Concert pour un vieux masque, 1980 ; Nouvelle saison des fruits, 1980). Il a également beaucoup écrit sur la musique populaire africaine, notamment un essai, Musique d'Afrique (1979), dans lequel, tout en restant attaché aux traditions musicales africaines, il prône l'ouverture à l'art universel.