En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-Louis Barrault

Jean-Louis Barrault, cahier de mise en scène pour le Soulier de satin
Jean-Louis Barrault, cahier de mise en scène pour le Soulier de satin

Acteur, metteur en scène et directeur de théâtre français (Le Vésinet 1910-Paris 1994).

Élève de Charles Dullin, puis acteur dans la troupe de l'Atelier (1931-1935), il suit les cours de mime d'Étienne Decroux, puis monte quelques spectacles d'avant-garde : Numance, de Cervantès (1937), avec des décors d'André Masson dont il gardera le taureau bucrane comme emblème de sa future compagnie ; la Faim, d'après Hamsun (1939).

Entré à la Comédie-Française (1940), il y crée le Soulier de satin (1943) de Paul Claudel, auteur qui restera une de ses préoccupations constantes de metteur en scène (Partage de midi, 1948 ; Tête d'or, 1959 ; Sous le vent des îles Baléares, 1972).

Avec sa femme, Madeleine Renaud, qu'il a rencontrée en tournant pour Allégret Hélène (1936), il fonde en 1946 une compagnie, installée au théâtre Marigny jusqu'en 1956 puis itinérante, prend la direction du Théâtre de France (1959-1968), crée le théâtre d'Orsay (1972), puis dirige, à partir de 1981, le théâtre du Rond-Point.

À travers l'interprétation d'auteurs classiques (Eschyle, Shakespeare, Molière, Racine) ou contemporains (Beckett, Genet, Ionesco, Duras), il recherche un langage dramatique de plus en plus « corporel » et viscéral, dans la lignée d'Artaud (la Tentation de saint Antoine, 1967 ; Rabelais, 1969 ; Jarry sur la Butte, 1970), sur lequel il réfléchit dans ses essais (Réflexions sur le théâtre, 1949) et ses souvenirs (Journal de bord, 1961 ; Souvenirs pour demain, 1972 ; Saisir le présent, 1984).

Au cinéma, il a interprété notamment Drôle de drame (1937) et les Enfants du paradis (1944) de Marcel Carné.