En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Georges Balandier

Sociologue et ethnologue français (Aillevillers, aujourd'hui Aillevillers-et-Lyaumont, 1920-Paris 2016).

Directeur d'études à l'École pratique des hautes études en 1954 et professeur à la Sorbonne depuis 1962, il participe à de nombreuses missions de recherche, notamment en Afrique, où il s'attache à étudier les changements actuels des civilisations. Chef de file de la sociologie dynamique, il cherche à dépasser l'opposition du structuralisme et de l'historicisme dans le champ de l'ethnologie. Dans son ouvrage fondamental, Sens et Puissance, les dynamiques sociales (1971), il tente de détruire le mythe des « sociétés sans histoire » et de dégager la dynamique sociale des sociétés primitives. Il est un des fondateurs du Centre d’études sur l’actuel et le quotidien (1982). Son œuvre comprend surtout des ouvrages de sociologie théorique et de sociologie politique : Sociologie des Brazzavilles noires (1955), Sociologie actuelle de l'Afrique noire, dynamique des changements sociaux en Afrique centrale (1955), Afrique ambiguë (1957), les Pays en voie de développement, analyse sociologique et politique (1961), la Vie quotidienne au royaume de Kongo du XVIe au XVIIIe siècle (1965), Anthropologie politique (1967), Gurvitch (1972), Anthropo-logiques (1974), Histoires d'autres (1977), le Pouvoir sur scènes (1980), le Détour, Pouvoir et modernité (1985), le Désordre, éloge du mouvement (1988), le Dédale : pour en finir avec le XXe siècle (1994), Conjugaisons (1997), le Grand Système (2001), Civilisés, dit-on (2003), Civilisation et Puissance (2005).