En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Joan Chandos Baez, dite Joan Baez

Chanteuse, guitariste et auteur-compositeur de folk américaine (Staten Island, New York, 1941).

La plus illustre ambassadrice du folk américain depuis le début des années 1960. Chanteuse à la voix de soprano d'une pureté inimitable, guitariste de haute tenue et, à partir de la deuxième décennie de sa carrière, auteur-compositeur d'un excellent niveau, Baez est aussi une infatigable militante de la paix et de l'égalité raciale, au point que ses prises de position, empreintes d'idéalisme et parfois de naïveté, ont souvent nui à son rayonnement artistique.

De la tradition à la contestation. Née de père mexicain et de mère irlandaise, Joan passe son enfance en Californie du Sud, où elle subit les affres de la discrimination : pour se créer une identité et se faire accepter par ses camarades de classe, elle apprend à jouer de l'ukulélé et se met à chanter. D'abord attirée par le rock and roll, c'est en Nouvelle-Angleterre que, adolescente, elle découvre le style et le répertoire folk qui deviendront sa vocation.

Après ses premières armes dans les clubs de Cambridge (Golden Vanity, Club 47) et de Chicago (Gate of Horn), elle est invitée hors programme par Bob Gibson, alors grande vedette du genre, au Festival de Newport de 1959. Elle y effectue une entrée fracassante, mais refuse les premières offres de contrats de grandes firmes de disques, dont la Columbia. En 1960, se sentant enfin prête, elle signe avec un petit label spécialisé, Vanguard, à l'essor duquel elle contribuera largement.

Ses premiers albums, qui contiennent surtout des ballades traditionnelles, où elle s'accompagne seule à la guitare, une petite Martin 018 au son cristallin, assurent sa renommée de grande interprète. Mais sa rencontre avec Bob Dylan entraînera à partir de 1963 une évolution vers le protest-song et un répertoire d'auteurs contemporains, au premier rang desquels Dylan lui-même, qu'elle invite alors fréquemment à la rejoindre sur scène. Farewell Angelina (1965) et le double Any Day Now (1968, enregistré à Nashville) sont à cet égard de mémorables réussites.

Nouvel élan. Mariée au militant pacifiste David Harris, dont elle aura un fils, Gabriel, Baez divorce en 1971, l'année même où elle quitte Vanguard pour A & M, et signe la chanson du film Sacco et Vanzetti consacré aux deux anarchistes italo-américains. Très impliquée dans la lutte contre la guerre au Viêt Nam (elle passera Noël 1972 sous les bombes à Hanoi et en rapportera la matière d'un poignant album, Where Are You Now, My Son ?, 1973), elle se lance dans l'écriture de chansons, et les années chez A & M sont riches en enregistrements où la femme et la pacifiste s'engagent de… concert (Gracias A La Vida, 1974, entièrement en espagnol, et Diamonds And Rust, 1975, hanté par le souvenir de sa relation passionnée avec Dylan). Elle retrouvera ce dernier sur les planches de la tournée de 1976 Rolling Thunder Review, puis lors du tournage du film Renaldo et Clara en 1978. À la fin des années 1970, avec ses albums chez Portrait (label dépendant de la Columbia), puis dans les années 1990, où elle redonne un nouvel élan à sa carrière en signant chez Virgin, Joan Baez privilégie à nouveau l'exigence vocale et musicale, tout en restant fidèle à ses idéaux de paix et de solidarité avec les opprimés (Afrique du Sud, Bosnie). Souvent controversée pour ses idéaux, qui ont souvent heurté l'Amérique profonde, à la veille de boucler sa quatrième décennie comme professionnelle, elle demeure une artiste hautement appréciée et respectée par plusieurs générations d'admirateurs à travers le monde.