En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bertie Ahern

Homme politique irlandais (Dublin 1951).

Membre du Dáil Éireann depuis 1977, maire de Dublin (1986-1987), ministre du Travail (1987 et 1989), ministre des Finances (1991-1994), cet expert-comptable de formation est vice-président (1983-1994), puis président du Fianna Fáil depuis 1994. Élu (plus jeune) Premier ministre (Taoiseach) de la République d'Irlande en juin 1997, il est le premier chef du gouvernement en temps de paix à accomplir jusqu'au bout son mandat de cinq ans.

Très largement applaudi pour sa contribution au « miracle irlandais » (il préside à des années de forte croissance et de quasi plein emploi) et au processus de paix en Ulster (il signe les Accords de Stormont en avril 1998 et, de concert avec son homologue britannique, multiplie les médiations entre les parties en présence), B. Ahern est reconduit à son poste en mai 2002, ce qui n'était pas arrivé à un Premier ministre sortant depuis 1973. En charge de la présidence tournante de l'Union européenne au premier semestre 2004, il préside à l'élargissement à vingt-sept de l'Union.

À nouveau salué pour son bilan économique et son action dans le règlement de la question nord-irlandaise, cet habile politique offre à sa formation une troisième victoire consécutive aux élections législatives de mai 2007 et se succède à lui-même. Mais, rattrapé par une affaire de pot-de-vin datant du début des années 1990, il est contraint en avril 2008 de démissionner de son poste de Premier ministre et de la présidence du Fianna Fáil qu'il laisse à son bras droit, le vice-Premier ministre Brian Cowen, dans un contexte assombri par le retournement de la conjoncture (en particulier l'explosion d'une bulle immobilière qu'a posteriori il semble avoir laissé se développer au-delà du raisonnable) et un climat d'euroscepticisme croissant qui conduira les Irlandais à rejeter par référendum le traité de Lisbonne (juin 2008). Le « Tigre celtique », auquel ce bon vivant pragmatique et jovial avait en quelque sorte paradoxalement prêté son visage, n'aurait-il été que de papier ?

Pour en savoir plus, voir l'article Irlande : histoire..