En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tenguiz Abouladze

Cinéaste géorgien (Koutaïssi, Géorgie, 1924-Moscou 1994).

Moins connu en Occident que Paradjanov ou Tarkovski, Abouladzé, après des études à l'Institut théâtral de Tbilissi, fut l'élève de Mikhaïl Romm et de Sergueï Youkevitch à l'Institut du cinéma de Moscou. En 1952, il obtint son diplôme grâce à un documentaire sur le compositeur Dmitri Arakichvili, réalisé avec Revaz Tchkheidze, avec qui il travailla jusqu'en 1956 sur des documentaires ou des courts métrages, parmi lesquels l'Âne de Magdana.

À partir de 1959, Abouladze réalisa seul les Enfants d'autrui (1958), Moi, grand-mère, Iliko et Illarion (1963) et Un collier pour ma bien-aimée (1971). Mélangeant parfois les genres, Abouladzé met en scène des paraboles sous la forme de contes qui présentent des personnages « originaux », prophètes, rêveurs, innocents… En 1987, il reçut le grand prix spécial du jury à Cannes pour Repentir (1984), troisième et dernier volet d'une trilogie comprenant également l'Incantation (1968) et l'Arbre du désir (1977), qui lui valut le prix Lénine en 1988, et que le réalisateur définit comme un plaidoyer contre la tyrannie, la violence et l'humiliation.

Parallèlement à sa carrière cinématographique, Abouladze avait entamé une carrière politique : il fut élu au Congrès des députés du peuple d'Union soviétique où il a siégea en 1990 et 1991.