En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

séchage

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Le séchage d'une couche picturale dépend étroitement de la texture de ses éléments constitutifs, les uns s'évaporant (eau, essences), les autres déterminant une " prise " moléculaire dans la masse qui assure la fixation des pigments et par conséquent détermine l'aspect de cette couche. Celui-ci dépend aussi des phénomènes d'exsudation du liant qui peuvent se créer en surface, jusqu'à la constitution, avec l'huile, d'une pellicule de linoxyne, dont l'excès quantitatif peut aboutir à un phénomène de plissement (de " crocodilisation ") des plus déplaisants.

Le temps de séchage — ou degré de siccativité — est conditionné à la fois par l'état hygrométrique de l'air ambiamt et par des matériaux qui peuvent favoriser et hâter la siccativité. Les huiles cuites — polymérisées —, dont les chaînes moléculaires sont plus nombreuses et plus solides, sèchent mieux. On peut utiliser certains produits catalyseurs à base de plomb pour faciliter l'opération, comme la litharge, produits qui sont à la base des siccatifs ajoutés aux huiles pour favoriser leur séchage. Dans les peintures actuelles à base de résines synthétiques, la vitesse de siccativité est favorisée par la présence de grosses molécules — hauts polymères — constituant des chaînes longues et souples. Actuellement, certaines lampes donnant un double rayonnement — rayons infrarouges et ultraviolets (lampes à haute pression de vapeurs de mercure, brûleurs de quartz) — permettent ce type de séchage.

La laque chinoise a besoin d'humidité pour durcir, le ferment qui permet le durcissement de la laque ne se développant que dans une atmosphère humide.

Les peintures à la caséine ou au silicate, ainsi que les solvants (vernis cellulosiques), peuvent sécher à basse température : l'eau éliminée, seuls subsistent le pigment sous forme de film et la portion solide du liant. Le séchage de ces peintures peut se faire sous rayonnement infrarouge, sa durée allant de 3 à 5 min pour les laques cellulosiques, et de 7 à 30 min pour les peintures à la caséine ou au silicate.

Enfin, il est possible d'obtenir un séchage par cuisson dans le cas d'un produit thermodurcissable (séchage suivi d'une polymérisation par la chaleur) : films de vernis Bakélite purs à 140-150 °C à 6 ou 8 cm des lampes à infrarouges, sur divers supports ; résines d'urée à 125 °C pour les uréides et vers 160 °C pour les phénoplastes ; émaux glycérophtaliques à 110-120 °C.