En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

synthétisme

Paul Gauguin, Quoi ? Tu es jalouse ?
Paul Gauguin, Quoi ? Tu es jalouse ?

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Théorie plastique lancée en 1888, à Pont-Aven, par É. Bernard et Gauguin (qui écrit à Schuffenecker : " l'art est une abstraction "), le Synthétisme se veut l'antithèse du Néo-Impressionnisme. Il dérive du Cloisonnisme, inventé en 1886 par Anquetin (à la suite de l'observation des jeux de la lumière dans un vitrail), défini en mai 1888 par E. Dujardin dans la Revue indépendante. Les estampes japonaises, les images d'Épinal, les arts primitifs, les simplifications de Puvis de Chavannes ont leur part dans le Synthétisme, que caractérisent le rejet des détails et l'adoption de couleurs en aplats cernées de noir. L'un des chefs-d'œuvre de Gauguin, la Lutte de Jacob avec l'ange (Édimbourg, Nat. Gallery of Scotland), et les Bretonnes dans la prairie verte d'É. Bernard sont les premiers manifestes de ce style, qui s'affirme en 1889 avec l'exposition du Groupe impressionniste et synthétiste au café Volpini, à Paris. Adopté dans les années 1889-90, à Paris et en Bretagne, par divers artistes (Sérusier, Filiger, Seguin, L. Roy, L. Fauché, etc.), le Synthétisme se fondra dans le Symbolisme et ne survivra guère au premier départ de Gauguin pour Tahiti.