En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

peinture murale a secco

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peinture murale exécutée sur un enduit à base de chaux complètement sec. Le mi-secco, ou mezzo-fresco, est un procédé qui consiste à peindre sur mortier presque sec : le travail est achevé avec des pigments détrempés dans de l'eau de chaux (ce procédé a été utilisé du Moyen Âge au xviie s.).

Les Anciens et les Romains se sont servis souvent du procédé a secco : ils peignaient soit avec une détrempe à la caséine, soit avec une détrempe à l'œuf. En France, les fresques romanes sont peintes à la détrempe à l'œuf sur enduit simple ou sur enduits multiples à la chaux. Le procédé des enduits multiples est conforme à la tradition byzantine ; il est dénommé également " à la grecque " (la dernière couche d'enduit contient un corps gras). D'autres procédés de peinture a secco sont aussi utilisés : technique à mi-chemin entre la fresque et la détrempe (pigments délayés dans de la colle pure et étendus sur un mortier humidifié au dernier moment) ; peinture à l'huile sur un mortier recouvert d'une couche de colle douce ou de tempera à l'œuf ; procédé moderne du Stic-B, très utilisé par Maurice Denis (pigments en suspension dans de l'huile de lin cuite, à laquelle on ajoute de la gomme dure et des oxydes de zinc et de titane).