En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

prédelle

Giotto, Innocent III approuve la règle de saint François
Giotto, Innocent III approuve la règle de saint François

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Ce terme (de l'italien predella, escabeau), désigne la partie inférieure d'un retable ou d'un tableau d'autel, auquel elle sert de soubassement. Les prédelles sont le plus souvent constituées de plusieurs panneaux correspondant au découpage de la composition ou du récit iconographique. Comme le retable, la prédelle est peinte ou sculptée. Lorsque celui-ci est fermé, elle est parfois dissimulée par les volets, mais, en général, elle demeure apparente. Les peintures qui ornent les prédelles évoquent le plus souvent des scènes de la vie du Christ et de la Vierge ou des saints, représentés dans la partie principale du retable. De nombreux panneaux peints, surtout du trecento et du quattrocento, sont en fait des éléments de retables démembrés, notamment des compartiments de prédelles, qui parfois ont été encadrés et transformés ainsi en tableaux. Un des exemples les plus célèbres de prédelle dispersée est celui du retable de S. Zeno de Vérone, peint par Mantegna, dont le Louvre conserve le panneau central (Crucifixion), tandis que le musée de Tours conserve les 2 panneaux latéraux (le Christ au jardin des Oliviers et la Résurrection).