En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

peintre-graveur

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Le terme de " peintre-graveur " semble avoir été employé pour la première fois par Adam Bartsch, garde de la Bibliothèque impériale et royale de Vienne, pour le titre de son ouvrage en 21 volumes, publié en français de 1803 à 1821. Avant Bartsch, on disait (Basan, Mariette) " peintre et graveur ", et l'on parlait de " gravure de peintre ".

Si ce terme est relativement récent, l'activité remonte au début de l'histoire de la gravure. Le peintre-graveur est un artiste gravant d'après ses propres compositions, c'est-à-dire un graveur original, différent du graveur de métier, qui ne fait que reproduire le plus fidèlement possible l'œuvre d'un autre. De là naît une différence de qualité : le peintre-graveur s'exprime avec plus de liberté, l'inspiration suppléant éventuellement aux lacunes de sa technique, tandis que le graveur de reproduction reste à la fois maître et prisonnier de cette technique.

Jusqu'au xixe s., les deux manières ont coexisté. Les graveurs de métier pratiquaient plutôt le burin, alors que les peintres-graveurs, dans leur grande majorité, se vouaient à l'eau-forte, plus aisée à utiliser et plus " coloriste " dans ses effets. C'est au siècle dernier que la rupture se produit. Les procédés photomécaniques vont peu à peu remplacer la gravure de reproduction. Les graveurs de métier, après avoir essayé de rivaliser avec eux par des excès de virtuosité, sont condamnés à disparaître. De plus, la lithographie offre alors aux peintres une autre technique facile, s'ajoutant à l'eau-forte, qui connaît une grande vogue dans les milieux artistique et littéraire (Baudelaire, Gautier, Burty).

Alors s'organisent en France, en Angleterre et en Belgique des sociétés de graveurs originaux. La plus importante par l'ampleur de ses réalisations est la Société des aquafortistes, fondée par Cadart en 1862, et dont les publications d'estampes furent tirées chez Delâtre. En Angleterre, Seymour-Haden, beau-frère de Whistler, fonde et dirige la Society of Painter-Etchers, qui expose à partir de 1881. En 1889 se forme le groupe des Peintres-graveurs français, qui devient une Société des peintres-graveurs français en 1891. En 1897 est fondée la Société des peintres lithographes ; en 1904, la Société de la gravure originale en couleurs ; en 1908, la Société de la gravure originale en noir. Après la Première Guerre mondiale, deux autres groupes se constituent, la Société de la gravure sur bois originale (1920) et les Peintres-graveurs indépendants (1923). On peut dire qu'au xxe s. pratiquement tous les peintres importants se sont, à un moment de leur carrière, consacrés à l'estampe, soit d'après les techniques traditionnelles, soit d'après de nouvelles formules, telle la sérigraphie.