En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

op'art

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Dès avant la Seconde Guerre mondiale, nombreux sont les artistes abstraits dont les recherches reposent uniquement sur des phénomènes optiques, qu'ils n'utilisent pas à des fins narratives, ou même suggestives, au nom d'un sentiment, mais suivant une rigueur toute scientifique, pour offrir un nouveau type d'environnement susceptible de modifier le comportement humain, tout au moins de l'agrémenter.

Les limites entre l'Op'Art et l'Art cinétique sont assez floues, puisque ces deux formes d'art ont non seulement un héritage commun, mais, en fait, des visées identiques. Cependant, l'Art cinétique amène pratiquement l'artiste à abandonner les limites de la peinture, trop étroites, alors que l'Op'Art peut encore s'en contenter ; mieux, lui redonner un sens. Si l'on excepte les " grands ancêtres ", comme les Delaunay, qui, d'une certaine manière, ainsi que nombre de leurs contemporains, préparent ce type d'œuvre, c'est à un groupe d'artistes réunis à Paris à la gal. Denise René, autour de Vasarely, que revient le mérite, juste après la Libération, d'avoir su mener ces expériences vers des horizons nouveaux ; chaque artiste qui se rattache à cette " école " a adopté un certain aspect des problèmes posés et s'en est tenu, jusque dans les limites les plus étroites, à les expérimenter jusqu'à saturation de ses possibilités. Vasarely domine d'ailleurs hautement cette école, tant par l'ampleur de son œuvre que par la logique de sa démarche et le caractère exemplaire de sa méthode. Il a orienté ses recherches vers les conséquences inattendues de ce type d'art, qui sont le refus définitif de la pièce unique au profit du multiple, l'application de ces recherches à l'architecture et au décor quotidien, ce qui amène, peu à peu, cet art à connaître un essor surtout dans le domaine de la publicité, du décor, au point de se confondre dangereusement avec les arts appliqués.

S'il reste fidèle, relativement, à la surface, l'Art optique exige cependant de la part de ses adeptes qu'ils utilisent des matériaux non picturaux (métal, verre, matières plastiques) dont les textures réfléchissantes entrent pour beaucoup dans les effets recherchés. C'est ce même objectif qui pousse les artistes à user d'effets de trames, de transparences, qui sont le plus souvent des " trucs " de publicité, d'impression, d'arts qui visent à frapper, à avoir un impact immédiat.

La génération des artistes nés entre 1925 et 1930, qui va se révéler principalement autour des années 60, va travailler dans un esprit proche, en systématisant les découvertes et en multipliant les applications dans la vie quotidienne. À partir des variations optiques sur la surface, ce seront bientôt des recherches de compositions systématiques (Debourg, Garcia-Rossi, Sobrino, Le Parc, Demarco, Servanes, Morellet), d'effets moirés (Morellet, Soto, Stein), plusieurs de ces artistes (Agam, Cruz Diez, Soto, Yvaral, Vardanega, Martha Boto) passant, peu à peu, des simples recherches optiques à celles, infiniment plus séduisantes, du Cinétisme. Le mouvement s'internationalise. Des groupes se forment dans plusieurs pays : en Italie (Alviani, De Vecchi, Colombo, Mari), en Espagne (Duarte, Ibarrola), en Allemagne (Hacker, Mack, Piene, Graevenitz), en Yougoslavie (Picelj), en Suisse (Talmann, Gerstner). Notons que, aux États-Unis, la crise de l'Abstraction engendre le Hard-Edge et le Minimal Art, qui sont, à l'origine, dictés par les mêmes impératifs esthétiques. Ces mouvements se situent dans la tradition du Bauhaus et de Mondrian. L'action d'un Josef Albers, qui avait enseigné justement au Bauhaus et s'était réfugié aux États-Unis, sera déterminante dans ce phénomène. Les œuvres d'Ellsworth Kelly, de Kenneth Noland s'apparentent à l'Op'Art, en y introduisant une permanence de l'art américain : le gigantisme. La sculpture de Tony Smith, de Don Judd, de Robert Morris suivra le même chemin.

Très rapidement, cependant, ces artistes éprouvent le besoin de pratiquer une " ouverture " vers l'espace global, Cruz Diez expérimentant les effets de la couleur dans ses " chronosaturations ", Soto dans ses " pénétrables ", Agam avec ses reliefs. Si bien que l'Op'Art, malgré lui, ou du fait de ses découvertes, est amené, insidieusement, à rejoindre l'Art cinétique.