En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

art non figuratif

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Ce fut sans doute pour échapper à une qualification trop limitative de l'art " abstrait " que de nombreux artistes — qui présentaient en commun ce trait qu'ils ne pratiquaient pas la figuration — ont été amenés après 1945 à définir une nouvelle attitude esthétique, introduisant ainsi dans le vocabulaire contemporain l'art " non figuratif ". La nouvelle expression dans la voie non figurative semble se situer par la volonté de refuser une abstraction qui, mise au service d'une reconstitution systématique de la nature à partir de schémas (par exemple géométriques) et de règles édictées par l'esprit, aurait stérilisé toute création au profit d'une spéculation purement intellectuelle. Enrichis d'une extrême liberté, conquête des pionniers de l'Art abstrait, ces peintres, n'ayant plus à se soucier de la ressemblance, nous livrent une sensation directe et neuve de la nature. L'art non figuratif marque le passage de la " nature donnée " et passive de l'art figuratif ou imitatif à une " nature en action ", où le spectateur comme le peintre-créateur retrouvent dans une communion élémentaire (terre, air, eau et feu) la participation à la vie secrète des êtres et des choses. L'image figurative détruite — avec l'abandon de l'imitation illusoire des choses —, l'image non figurative restitue une nature dont l'homme n'est jamais exclu. En fait, plus qu'une réaction à l'Abstraction froide marquée par la désincarnation des théories, la Non-Figuration est la preuve d'une nouvelle attitude vis-à-vis du monde extérieur, dont Manessier constate qu'elle " semble être la chance actuelle par laquelle le peintre peut le mieux remonter vers sa réalité et reprendre conscience de ce qui est essentiel en lui. Ce n'est qu'à partir de ce point reconquis qu'il pourra par la suite retrouver son poids et revitaliser jusqu'à la réalité extérieure du monde ". Aux yeux de Bazaine, une étroite correspondance peut s'établir entre l'homme et le monde, l'artiste et la nature : " La vraie sensibilité commence lorsque le peintre découvre que les remous de l'arbre et l'écorce de l'eau sont parents, jumeaux les pierres et son visage, et que, le monde se contractant ainsi peu à peu, il voit se lever, sous cette infinité d'apparences, les grands signes essentiels qui sont à la fois sa vérité et celle de l'univers. " L'artiste non figuratif cherche à exprimer ce qu'il a ressenti devant la nature, sans intermédiaire figuratif, par un jeu de couleurs et de formes, de rythmes qui sont les équivalents " peints " de ses sensations et de ses émotions. De là ce renouveau d'un certain " paysagisme non figuratif " que des peintres venus d'expériences souvent diverses, du Cubisme et du Surréalisme, restituèrent après 1940, en particulier, avec Bazaine et Manessier, Bissière, Estève, Le Moal, Singier, Vieira da Silva. Ces artistes laissent ainsi une plus grande initiative au spectateur.