En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

madone d'humilité ou vierge d'humilité

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Thème iconographique selon lequel la Vierge est représentée assise à terre et tenant l'Enfant, que souvent elle allaite, cette variante étant désignée sous le nom italien de " Madonna del latte " (" Madone du lait ") ; la représentation est parfois accompagnée de l'inscription Nostra Domina de humilitate, qui justifie le nom générique de ce type iconographique.

Le thème se rattache évidemment à celui, très ancien, de la " Femme " de l'Apocalypse (où sont déjà souvent représentées la lune et les étoiles) ; cependant, la création du type tel que nous le connaissons par les nombreux petits panneaux de dévotion qui se multiplient autour de 1345 répond aux nouveaux besoins du mysticisme, déjà sensible auparavant, mais exacerbé au cours des années qui suivent la grande peste de 1348 ; ce thème se retrouve tant en Italie qu'en France, en Espagne, en Bohême, mais son origine est sans aucun doute italienne et plus particulièrement issue du milieu de Simone Martini, dont les innovations dans le domaine de l'iconographie tendaient justement à une expression plus humaine des personnages divins ; les caractères simonesques d'œuvres comme le panneau de Bartolomeo da Camogli, daté de 1346, au M. N. de Palerme, ne laissent guère de doute sur l'existence probable d'un prototype de Simone lui-même, comme le prouve en particulier la représentation monumentale, et par là quelque peu hiératique, de la fresque du porche de Notre-Dame-des-Doms à Avignon, exécutée avant 1343. Si on le trouve encore dans la première moitié du xve s., tant au nord qu'au midi (Robert Campin, Masaccio), rien n'égale l'extraordinaire floraison de ce thème au trecento, où la représentation humanisante perd la signification qu'on lui attachait à la fin du Moyen Âge.