En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

expressionnisme abstrait

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

L'Expressionnisme abstrait, également connu sous le nom d'" école de New York ", et plus communément (mais à tort) sous celui d'Action Painting (" Peinture gestuelle "), fut le premier mouvement authentique d'art abstrait né aux États-Unis et qui obtint une audience internationale. Pratiqué pendant près de vingt ans, il donna naissance à des courants analogues en Europe, au Japon et en Amérique du Sud (l'Informel, le Tachisme). Mais la source en est spécifiquement américaine, et New York son berceau. Les deux principaux éléments formels de l'Expressionnisme abstrait étaient constitués alors par les styles opposés de l'Abstraction postcubiste et du Surréalisme, qui s'étaient développés à Paris et qui avaient attiré l'attention d'un petit groupe d'artistes américains audacieux, de 1925 à 1950 environ. L'expérience amère de la crise des années 30 et le bouleversement de la Seconde Guerre mondiale sont le troisième facteur qui intervint dans l'origine du mouvement. Bien que le Régionalisme et la scène de genre soient déjà considérés, aux États-Unis, comme le style " moderne ", pendant la crise de très sérieux artistes s'unirent au nom du F. A. P. (Federal Arts Projects) et à la W. P. A. (Works Progress Administration) et s'intéressèrent aux réalités de la vie américaine, prenant conscience, à divers degrés, des problèmes sociaux. Cette expérience collective explique le contenu émotionnel et humain de l'Expressionnisme abstrait, bien qu'il ne faille pas le confondre avec ses réalisations elles-mêmes. Un quatrième facteur, d'importance capitale, fut la présence à New York de plusieurs grands artistes parisiens, ayant cherché un refuge aux États-Unis à la suite de l'agression nazie (Mondrian, Léger, Masson, Ernst, Breton, Matta, Kurt Seligmann et même Dalí), qui exercèrent une énorme influence au début des années 40. Enfin, le double exemple des abstraits et des surréalistes aboutit à quelque chose de tout à fait nouveau v. 1945. Déjà Arshile Gorky, tempérament hypersensible, l'un des initiateurs de la nouvelle école, s'était libéré du vocabulaire surréaliste européen en transformant ses motifs biomorphiques ; ce conflit, qui apparaît dans les états successifs sur la toile, devint une source féconde non seulement pour la qualité picturale de l'école de New York, mais aussi pour le concept même de l'Action Painting, tel que le formula le critique Harold Rosenberg. Ce concept, appliqué à un secteur du mouvement new-yorkais (la trace gestuelle opposée au champ coloré), tient la peinture pour une action intimement liée à la biographie de l'artiste et efface toute distinction entre art et vie. La signification du tableau réside en lui-même, compte rendu de sa propre genèse, depuis le premier trait jusqu'à la réalisation finale. " L'artiste dispose de son énergie intellectuelle et émotionnelle comme s'il se trouvait dans une situation vécue. " Malgré sa popularité chez les peintres, la théorie de Rosenberg, qui contenait implicitement l'évolution de l'art américain, simplifiait à l'excès et se prêtait aisément à la création d'un mythe. Mais l'importance accordée au procédé ainsi que l'échelle de l'exécution contribuèrent à faire du nouveau style un phénomène spécifiquement américain englobant des manières aussi personnelles que celles de Pollock. En fait, Rothko, Reinhardt, Still et Newman (peintres encore fidèles à la plage de couleur), bien qu'ayant puisé aux mêmes sources, étaient moins gestuels que leurs collègues. De plus, les dimensions et l'aspect géométrique de leur travail, qui s'éloignait de l'influence surréaliste, eurent une emprise importante sur la jeune génération des peintres abstraits, qui commencèrent à se faire connaître au début des années 60 (Kelly, Stella, Noland, Parker).

Vers 1955, quantité d'artistes, aux États-Unis et ailleurs, essayèrent d'imiter la première génération des peintres de New York, surtout De Kooning et Pollock, et, parmi eux, de réels talents émergèrent, par exemple Sam Francis, Grace Hartigan et Joan Mitchell. Le mouvement expressionniste abstrait régna en maître à New York jusqu'à l'avènement du Pop' Art au début des années 60, quand la peinture américaine se divisa en mouvements contraires avec de nouvelles caractéristiques.

Pendant les années héroïques de l'Expressionnisme abstrait, c'est-à-dire depuis 1942 jusqu'à la fin de 1959, un genre de peinture vraiment nouveau était né et s'était épanoui à New York. Aujourd'hui, il est possible de réaliser combien les traits distinctifs de ce style (angoisse, conflit et format à grande échelle) reflétaient les conditions du monde au sein duquel il avait été créé.