En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

craquelures

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Petites fentes ou rides recouvrant en partie ou en totalité la surface d'un tableau.

Les craquelures forment des réseaux superficiels lorsqu'elles sont localisées dans le vernis et des réseaux profonds lorsqu'elles atteignent la couche picturale. Les craquelures " prématurées " sont dues à une dessiccation trop rapide du liant quand la composition de ce dernier est défectueuse. Elles peuvent être également le résultat d'erreurs de technique : dernières couches ou reprises exécutées sur des dessous insuffisamment secs, mélanges de couleurs dont les délais de séchage sont différents.

Dans les tableaux modernes, le blanc de zinc, qui se mélange sans danger aux couleurs, sèche mal et se fendille parfois. En revanche, l'excès d'huile favorise la formation des rides. Les craquelures dites " de vieillesse " ou " d'âge " résultent souvent des tractions du support ; elles apparaissent dans les creux des empâtements, suivent le sens des fibres ou le dessin des nœuds pour les supports de bois, dont celui de peuplier, principalement utilisé en Italie, compte parmi les plus fragiles. Parfois, elles sont dues à des accidents mécaniques : chocs, toiles roulées à contresens.