En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

cire

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Substance d'origine animale (cire d'abeille), végétale (carnauba, cire du Japon, cardilla) ou minérale (cires fossiles, paraffine, cérésine, stéarine) de couleur jaune ou blanche, qui sert de liant agglutinant dans certaines peintures ou vernis.

Employée directement à chaud (cire d'abeille, degré de fusion 63 °C), elle enrobe les pigments broyés dans le procédé de la peinture à l'encaustique. Lorsqu'elle est dissoute à froid par des solvants (térébenthine, essences), elle peut être incorporée dans une peinture à l'huile pour lui donner un aspect satiné et mat (peinture à la cire).

Le procédé de la peinture à la cire, sans aucune intervention du feu, dérive de la technique de l'encaustique. Très tôt on a apprécié les qualités particulières que la cire conférait aux peintures, tant au point de vue technique qu'au point de vue esthétique : meilleure adhérence au support, résistance à l'humidité, matité satinée des teintes. À la Renaissance, les peintres ajoutaient de la cire blanche (cire vierge) d'abeille dans leurs peintures à base d'huile de lin et de litharge pour éviter que celles-ci ne glissent trop sur les supports (Bellini).

Plus récemment, aux xviiie et xixe s., ils se sont servis de peintures-émulsions du type " huile dans l'eau ", préparées pour être diluées à l'eau et obtenues à partir de la cire comme matière filmogène : cires colorées liquéfiées par des huiles essentielles, cires colorées mélangées avec des élémis et des résines de copal, qui dissolvent la cire à froid et permettent un maniement aisé du pinceau. Hippolyte Flandrin a exécuté les décorations de Saint-Germain-des-Prés à Paris à la cire ; Charles Gleyre a eu également recours à ce procédé. Les peintures de Delacroix à la chapelle des Anges de l'église Saint-Sulpice utilisent un procédé mixte de peinture à la cire et à l'huile.

La cera color, peinture à la cire moderne, est une émulsion composée d'un liquide aqueux (solution alcaline de caséine) et d'un liquide à base huileuse (résine glycérophtalique dissoute dans de l'huile de lin) dans lequel des pigments sont en suspension. On obtient avec elle des tons plus mats qu'avec la peinture à l'huile et plus lumineux qu'à la fresque.