En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Compagnie de l'art brut

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

C'est une association sans but lucratif fondée à Paris en juin 1948 par Jean Dubuffet, vouée à la garde, à l'étude et à l'accroissement des collections réunies antérieurement par ce peintre.

Selon l'expression même de Dubuffet, l'Art brut est celui des " productions de toute espèce — dessins, peintures, broderies, figures modelées ou sculptées, etc. — présentant un caractère spontané et fortement inventif, aussi peu que possible débitrices de l'art coutumier ou des poncifs culturels, et ayant pour auteurs des personnes obscures, étrangères aux milieux artistiques professionnels ". Il s'agit ainsi de " formes de création qui ne soient pas de simples avatars d'œuvres d'art homologuées comme le sont l'art dit naïf [...] ou l'art dit surréaliste [...] ". À ces distinctions, il convient d'ajouter qu'il ne s'agit pas non plus, au moins dans son principe, de l'art dit " des malades mentaux ", dans la mesure où Dubuffet lui-même refuse de prendre en considération le caractère éventuellement pathologique d'une œuvre, estimant qu'il n'a rien à voir avec la valeur intrinsèque de cette œuvre.

La Compagnie, à laquelle appartinrent notamment André Breton et Jean Paulhan, fut fondée à la suite de la création du foyer de l'Art brut dans les sous-sols de la galerie René Drouin, place Vendôme (nov. 1947), où eurent lieu diverses expositions temporaires et intimes. Transférées en septembre 1948 dans un pavillon prêté par les éditions Gallimard, rue de l'Université, où se poursuivirent des expositions (notamment celles consacrées à Joseph Crépin, à Adolf Wölfli et Aloïse en 1948, à Heinrich Anton M. et à Jeanne T. le médium en 1949), les collections furent confiées à la garde de Dubuffet en octobre 1951, date de la dissolution de la Compagnie. Après être demeurées dix ans aux États-Unis, elles furent rapportées à Paris, où la Compagnie, recréée en juillet 1962, les installa dans un local spécialement aménagé, 137, rue de Sèvres.

Outre l'organisation d'expositions (gal. Drouin, oct.-nov. 1949 ; musée des Arts décoratifs, avr.-juin 1967), la Compagnie a publié, depuis 1964, des Cahiers de l'Art brut groupant des monographies illustrées sur la cinquantaine de cas jugés les plus significatifs. Le catalogue comporte 3 973 œuvres dues à 130 auteurs considérés comme pleinement démonstratifs. S'y ajoutent plusieurs milliers d'œuvres, dues à plusieurs centaines d'auteurs, formant les " collections annexes ", dont le catalogue est en cours d'élaboration. Donnée à la ville de Lausanne en 1971, la collection est présentée depuis 1976 au château de Beaulieu.