En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

bas de page

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Zone peinte ou petits tableaux situés immédiatement après le texte, dans la partie inférieure de la page d'un manuscrit au Moyen Âge. Le bas de page est une bande horizontale qui constitue un cadre particulièrement apprécié des peintres enlumineurs, notamment aux xiiie et xive s. Contrairement aux marges, qui présentent un cadre vertical étroit, les bas de page permettent de représenter, sans avoir recours à la perspective, une action à plusieurs personnages répartis sur un même plan (Chansonnier de Paris, v. 1280-1315, Montpellier, Fac. de médecine, ms. 196). Tentés de prendre possession de la page au détriment du texte, les peintres enlumineurs utilisaient tout l'espace qui leur était offert. Outre les peintures dites " de pleine page " et " de bas de page ", ils disposaient de plusieurs cadres dispersés dans les marges ou intercalés dans le texte : initiales historiées, vignettes, marges et bordures, bouts de ligne. Aux xve et xvie s., les bas de page sont de véritables petits tableaux.