En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

arabesques

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Ornements composés de figures géométriques (réseaux de losanges, champs d'étoiles), de motifs végétaux généralement stylisés (guirlandes de fleurs, branches, palmettes, volutes, entrelacs, rinceaux) et de divers autres motifs (rubans enlacés, draperies), à l'exclusion de la figure humaine et de la représentation animale.

Les arabesques ne comportent pas de personnages, contrairement aux grotesques, dans lesquelles apparaissent des êtres animés (animaux et personnages fantastiques tels que chimères, sphinx). Les arabesques ont été utilisées en sculpture et en peinture pour décorer les murs, les pilastres, les voûtes, les plafonds, les panneaux (fond doré à arabesques des tableaux du xve s.) et les manuscrits (le Livre de Kells, Irlande). Elles doivent leur nom aux Arabes, qui les employèrent pour orner leurs édifices, en évitant systématiquement de leur adjoindre des figurations animales ou humaines. Les Grecs et les Romains les associaient presque toujours à des êtres fantastiques (Thermes de Titus, Bains de Livie de l'époque d'Auguste). Vitruve les désignait sous le nom d'audacia aegyptorum in pictura, et les jugeait trop disparates. Les arabesques sont remises au goût du jour à la Renaissance en même temps que les grotesques (décoration des Loges du Vatican par Raphaël et du château Saint-Ange par Pinturicchio). En France, Primatice et Rosso en répandent l'usage sous François Ier ; la vogue des arabesques, encore utilisées dans la peinture décorative du xviie s. et de l'époque Louis XVI, va en décroissant jusqu'à Napoléon III (" Maison pompéienne " du prince Jérôme).