En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Taddeo Zuccari

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Sant'Angelo in Vado 1529  – Rome 1566).

Taddeo Zuccari est l'une des personnalités les plus importantes de la seconde moitié du xvie s. romain ; son rôle, déterminant pour l'évolution de la peinture décorative et monumentale à partir de 1550 environ, est comparable à celui qu'avaient joué, à la génération précédente, Perino del Vaga, Polidoro da Caravaggio ou Parmigianino. Son influence se prolonge au-delà des limites chronologiques de son activité, au demeurant assez brève, et surtout grâce à son frère Federico, qui le rejoint à Rome en 1550 et collaborera à plusieurs reprises avec lui : au château de Bracciano, à la Sala Regia du Vatican et à S. Maria dell'Orto, notamment. Des artistes de moindre importance, comme Raffaellino da Reggio, Cesare Nebbia, Niccolò Trometta, poursuivront ses recherches d'une façon si fidèle que le terme de " zuccaresque " deviendra plus tard une appellation commode pour définir une part importante de la production graphique de la fin du xvie s., entraînant ainsi une certaine confusion dans l'appréciation de l'œuvre dessiné de Taddeo et de ses imitateurs. La peinture de Zuccari, essentiellement à fresque et très bien décrite par Vasari, est concentrée à Rome ou dans ses proches environs.

Originaire des Marches, comme Baroche, son cadet de quelques années, Zuccari arrive à Rome en 1543-44. Dans la biographie qu'il lui consacre dans la deuxième édition des Vite, Vasari raconte que l'artiste y reçoit sa formation et y fait ses débuts. Son frère Federico complète ces informations au travers d'un groupe de dessins relatant sa vie, qui devait être préparatoire à un cycle de fresques décoratives destiné à l'une des pièces de sa maison de la Via Gregoriana. Il ne quitte plus la ville, sauf pour un voyage à Urbino et à Vérone en 1551-52 avec le duc Guidobaldo II, à Urbino en 1560 à l'occasion du mariage de Vittoria della Rovere, fille du duc Guidobaldo, et probablement à Florence en 1564-65.

Les dessins de Taddeo (dont la plupart des cabinets de dessins des grands musées conservent des exemples), nombreux, divers, parfois d'une très grande liberté, constituent la base de la reconstitution des ensembles peints, connus par des descriptions anciennes, mais souvent disparus, en particulier pour les premières années d'activité (1548-1553).

Taddeo, qui gagne vite, à Rome, la faveur du pape Jules III, élu en 1550, débute comme peintre de façades dans un genre illustré déjà par Polidoro da Caravaggio et Perino del Vaga : il exécute les trompe-l'œil du palais Mattei, pour lequel on ne connaît que des études préparatoires (1548, Histoire de Camille), puis reçoit du pape la commande d'une partie du décor de la villa Giulia (Triomphe d'Apollon, Triomphe de Flore), ensemble complexe dirigé par Vasari et Prospero Fontana (1553-1555). Au même moment, Taddeo entreprend deux de ses plus importantes réalisations : le décor de la chapelle Mattei à S. Maria della Consolazione (1553-1556 ; Scènes de la vie du Christ, Prophètes et Sibylles), représentant un véritable tournant dans l'évolution stylistique de Taddeo qui se réfère à Daniele da Volterra, Tibaldi et Salviati pour sa récupération du classicisme raphaélesque, celui de la chapelle Frangipani à S. Marcello al Corso (1558-59 ; Scènes de la vie de saint Paul, inachevées et dans lesquelles son orientation vers le classicisme opère un rapprochement direct avec le Jugement dernier de Michel-Ange). Toujours pour Jules III, Taddeo travaille au belvédère du Vatican (Moïse et Aaron devant Pharaon) et participe, en mars 1559, à l'apparat funèbre des obsèques de Charles Quint, à S. Giacomo degli Spagnuoli. Son intense activité romaine est interrompue par un voyage à Urbino en 1560, où il est appelé pour réaliser un portrait de Vittoria della Rovere à l'occasion de son mariage avec Federico Borromeo. À cette occasion lui sont commandés les dessins des Scènes de la vie de Jules César destinés à un service en majolique que Guidobaldo della Rovere désirait offrir à Philippe II d'Espagne. Il remplace Francesco Salviati dans la réalisation du décor de la salle des Fasti Farnesiani au palais Farnèse à Rome, interrompue par la mort du duc Ranuccio en 1565, et, dans le même temps, travaille à l'un des principaux cycles peints de ces années : celui du palais Farnèse, à Caprarola, dont le programme iconographique, dû à l'humaniste Annibale Caro (fresques de l'Anticamera del Concilio, de la Stanza di Aurora, de la Stanza dei Lanefici, de la Stanza della Solitudine), se ressent déjà de la réaction à la " maniera " marquée par l'esprit du concile de Trente. Les cinq dernières années de Taddeo Zuccari sont essentiellement tournées vers les travaux réalisés au Vatican : au Cortile della Libreria, à la Sala Regia (Donation de Charlemagne, Siège de Tunis), et vers les décors religieux, dont les principaux sont celui de la chapelle Pucci à la Trinité-des-Monts, entrepris en 1563 pour l'archevêque de Corfù (Scènes de la vie de la Vierge), et celui de la " cappella maggiore " de S. Maria dell'Orto.