En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hernando Yáñez de la Almedina

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Almedina, Ciudad Real – documenté à Valence et à Cuenca de 1506 à 1531).

Après un séjour probable à Valence, Yáñez se rend en Italie. Est-ce lui, ou Fernando Llanos, le " Fernando Spagnolo " cité comme collaborateur de Léonard de Vinci en avril et août 1505 sur le chantier de la bataille d'Anghiari au Palazzo Vecchio de Florence ? On a tenté de lui attribuer plusieurs peintures telles que la Vierge à l'Enfant avec saint Jean Baptiste (Washington, N. G.). De retour à Valence en 1506, il exécute en collaboration avec Llanos une série d'œuvres qui reflètent non seulement l'influence de Léonard, mais celle d'autres artistes florentins et la connaissance de gravures de Raimondi et de Dürer. Après le Retable des saints Cosme et Damien dont il reste la prédelle à la cathédrale, ils exécutent entre 1507 et 1510 pour cette même cathédrale leur œuvre maîtresse, les volets du retable du maître-autel, qui comprennent 16 Scènes de la vie de la Vierge.

En 1515, il est à Barcelone pour estimer une peinture de Joan de Burgunya puis il effectue un nouveau séjour à Valence au cours duquel lui est attribuée l'exécution de plusieurs panneaux : la Résurrection (musée de Valence), le Jugement Dernier (Majorque, coll. March), la Madeleine (Prado), le Christ présentant les patriarches à la Vierge (id.), le Calvaire (Valence, musée et coll. Montortal) et une Sainte Famille, datée au revers 1523 (Buenos Aires, coll. Grether). Entre 1523 et 1536 Yáñez travaille à la cathédrale de Cuenca, au retable commandé par la famille Hernández del Peso et aux trois tableaux d'autel (Pietá, Adoration des Mages, Crucifixion) destinés à la chapelle des Albornoz. Ces scènes, baignées dans une atmosphère dense et sombre avec des effets crépusculaires, reflètent une évolution vers des recherches plus dramatiques et spirituelles.