En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

sir David Wilkie

Méhémet-Ali
Méhémet-Ali

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre britannique (Cults, près d'Édimbourg, 1785  – mort en mer au large de Gibraltar 1841).

Il se forma à Édimbourg, à la Trustee's Academy — Autoportrait, la Foire de Pitlessie (1804, Édimbourg, N. G.) —, voyagea en Écosse en 1804-1805, où il exerça une activité de portraitiste marquée par l'influence de Raeburn, puis se rendit à Londres en 1805 et y connut un succès immédiat : le Violoneux aveugle (1806, Londres, Tate Gal.). Il fut nommé A. R. A. en 1809 et R. A. en 1811. Son adaptation à la peinture historique du style de la peinture de genre, telle que la pratiquaient Téniers et Van Ostade, prenant souvent comme base la réalité écossaise (Distraining For Rent, 1815, Édimbourg, N. G.), fut considérée comme une grande innovation et, sa vie durant, on tint Wilkie pour l'un des plus grands artistes anglais, comme en France, où il avait été popularisé par la gravure après son séjour de 1814 : la Lettre d'introduction (1813, Édimbourg, N. G. ; esquisse à Londres, V. A. M.), le Colin-Maillard (1811, Tate Gal. ; autre version, 1812, Londres, Buckingham Palace) ; The Penny Weddling, (1818, id.). Le roi de Bavière acheta à l'artiste l'Ouverture du testament (1820, Munich, Neue Pin.) et celui-ci fut l'un des peintres préférés de George IV ; vers 1820, Wilkie délaissa la manière hollandaise pour une facture plus large : Prédication de John Knox, commandé en 1822 par lord Liverpool, acheté en 1832 par sir Robert Peel, et surtout les Pensionnaires de Chelsea apprenant la nouvelle de la victoire de Waterloo (1817-1821, Londres, Wellington Museum), son œuvre la plus célèbre ; exposée à la Royal Academy, elle lui valut un succès si prodigieux que, pour la première fois, on dut réglementer et organiser l'accès du public. Après avoir effectué un long voyage sur le continent (1825-1828), Wilkie subit de manière assez forte l'influence de l'art italien et espagnol. L'échelle de ses personnages devint plus grande, ses compositions devinrent plus fermes et son coloris fut plus brillant, dérivé en fait de celui de Rubens : la Fille de Saragosse (1828, coll. royale britannique), George IV reçu par les nobles et le peuple écossais à Holyrood, 15 août 1822 (1828-1830, Holyrood House, Édimbourg), Joséphine et la diseuse de bonne aventure (1837, Édimbourg, N. G.), la Toilette de la mariée (1838, id.). Nommé peintre ordinaire du roi à la mort de Lawrence, Wilkie fut anobli en 1836, consacrant ces années à de nombreux portraits de la famille royale. Profondément religieux, l'artiste visita la Terre sainte en 1840-41, désireux de trouver une inspiration nouvelle et exacte pour traiter l'histoire sainte (on sait que, plus tard, les préraphaélites s'engagèrent dans une voie identique). Son voyage oriental lui inspira quelques portraits : Mehemet Ali, Mrs. Elizabeth Young en costume oriental (1841, Tate Gal.), le Sultan Abdul Meedgid (1841, Londres, Buckingham Palace). Il mourut en mer sur le chemin du retour, ses funérailles formant le sujet de la célèbre toile de Turner : la Paix, funérailles en mer (1842, Londres, Tate Gal.). Wilkie fut aussi un grand portraitiste, dans la lignée de Reynolds et de Lawrence (Viscount Arbuthnot, Lawrencekirk Council, Saint Lawrence's Hall), et un dessinateur habile, à la ligne sinueuse et à la technique précise, et l'on en trouve des exemples en Angleterre, à Windsor Castle, Oxford (Ashmolean Museum), Birmingham (City Museum), Édimbourg (N. G.), Londres (V. A. M. ; Tate Gal. ; British Museum ; Witt Coll.), ainsi qu'aux États-Unis, aux musées de Philadelphie, Princeton et New Haven (Yale University, où une exposition a eu lieu en 1986).