En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Homer Watson

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre canadien (Doon, Ontario, 1855  – id. 1936).

Autodidacte, fortement influencé par le style des artistes de l'Hudson River School, il travailla à Toronto, puis à New York (1876), où il fit la rencontre de George Inness. Il assimila également l'influence de Constable et, lors de son premier voyage à Londres et à Paris, en 1887, il s'intéressa à la peinture de l'école de Barbizon. Il retourna plusieurs fois en Angleterre, d'où lui était venu le succès qui le lança : son Pioneer Mill (1880, Windsor Castel) avait été acheté en 1880 par la princesse Louise pour la reine Victoria. Il fut ainsi l'un des maîtres reconnus de l'art canadien autour de 1900. Sa peinture chante l'agrément de la vie champêtre canadienne. On la considère à juste titre comme une adaptation de l'art de Constable aux réalités canadiennes de l'époque. Le tableau Un champ de maïs (1883, Ottawa, G.N.) révèle un caractère nord-américain bien particulier.