En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mikhaïl Aleksandrovitch Vroubel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre russe (Omsk 1856  – Saint-Pétersbourg 1910).

De mère demi-danoise et de père polonais, Vroubel est instable par hérédité, inquiet par tempérament. Entre 1880 et 1884, il suit les cours de Tsichistiakov à l'Académie des beaux-arts de Saint-Pétersbourg. Sa connaissance de la céramique grecque, de la mosaïque byzantine et de la peinture d'icônes le met à même de restaurer les fresques de Saint-Cyrille à Kiev en 1884-85. Éliminé par le peintre Vasnetsov de l'équipe de travail de la cathédrale Saint-Vladimir, il quitte Kiev et se rend à Moscou. En 1899, grand voyageur, il fait de nombreux séjours en Europe (France, Espagne et surtout Italie : Venise, 1893, Saint-Pétersbourg, Musée russe). Il est très lié avec le groupe de Savva Mamontov, pour qui il travaille à Abramtsevo et chez qui il trouve un apaisement moral. Il exécute alors des fresques dans des églises et des bâtiments publics, des décors de théâtre (pour Hänsel et Gretel de E. Humperdinck, Sadko de Rimski-Korsakov), des illustrations (pour Anna Karenine de Tolstoï, Mozart et Salieri de Pouchkine). Il figure dans les expositions du groupe Mir Iskousstva et de l'Association des artistes de Moscou, puis devient membre de l'Union des artistes russes et de l'Académie des beaux-arts (1905). Son angoisse transforme les thèmes choisis (inspirés des mythologies nordiques : Mikoula et Volga, 1899-1900, Moscou, musée des Arts décoratifs et populaires ; la Princesse-Cygne, 1900, Moscou, gal. Tretiakov) en obsessions, comme en témoignent les nombreuses versions du Démon inspirées par un poème de Lermontov (Tête de démon, 1890-91, Kiev, musée de l'Art russe ; le Démon terrassé, 1902, Moscou, gal. Tretiakov). Sa palette, riche, inspirée des harmonies orientales (la Danse de Tamara, 1890, Moscou, gal. Tretiakov ; Conte oriental, 1886, Kiev, musée de l'Art russe), sa technique, proche de celle des expressionnistes (Pan, 1899, Moscou, gal. Tretiakov ; Lilas, 1900, id.), la division de la toile en éléments qui recréent une forme arbitraire et dramatique le placent en marge de la production picturale russe de la fin du xixe s. et à l'origine des courants d'avant-garde du début du xxe s. Mais la peinture, limitée en Russie par l'enseignement académique, n'a pas apporté à l'artiste cette sorte de libération qu'y trouvaient ses contemporains occidentaux. Il termine sa vie aveugle et quasi fou. L'œuvre de Vroubel, onirique par excellence, mal connue en Occident, est comparable à celle d'Odilon Redon ou d'Edvard Munch. Ses peintures sont conservées à la gal. Tretiakov de Moscou, au Musée russe de Saint-Pétersbourg et au musée de l'Art russe de Kiev. Vroubel a bénéficié de quelques expositions personnelles comme celles de Moscou (gal. Tretiakov) en 1921, 1956-57 et 1981, de Kiev (musée de l'Art russe) en 1940, 1956, 1976 et 1981. Une nouvelle exposition a été consacrée à l'artiste (Düsseldorf, Kunsthalle) en 1996-97.