En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Vroom

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Famille de peintres néerlandais.

Hendrick Cornelisz (Haarlem 1566  – id. 1640). Fils du sculpteur et potier Cornelis Vroom, il débuta comme peintre sur faïence, avec pour maître Cornelis Henriksen puis visita de nombreux pays (Italie, Angleterre, France, Allemagne, Espagne, Portugal) pour s'établir enfin à Haarlem, où sa présence est attestée à partir de 1590. Une extraordinaire aventure lui était arrivée à Lisbonne, présage sans doute de ses Tempêtes futures : il allait s'embarquer pour la Hollande lorsqu'un pressentiment l'arrêta. Bien lui en prit car le vaisseau qui devait l'emmener sombra corps et biens. Peintre de marine très actif, il s'affirma comme l'un des plus anciens spécialistes du genre, aux côtés d'Aert Van Antum, de Claesz Van Wieringen, de Cornelis Verbeeck ou d'Adam Willaerts, presque tous issus du milieu haarlémois. Ses mers, encore violemment agitées, d'une façon gratuite et systématique qui relève bien d'un climat maniériste, sont peintes dans des tons vert sombre, tandis que les bateaux brun foncé sont archaïquement détaillés avec une extrême minutie narrative, justifiée d'ailleurs par le caractère nettement historique et national de ces marines. Il s'agit très souvent de représentations des batailles navales (la guerre contre l'Espagne se poursuit toujours avec de fréquents épisodes maritimes) et des célèbres navires néerlandais de l'époque ou bien de l'arrivée de quelque personnage important sur les côtes des Pays-Bas, comme le Roi d'hiver débarquant en 1613 à Flessingue (1623, Haarlem, musée Frans Hals). L'artiste est particulièrement bien représenté au Musée historique de la marine (Combat hollando-espagnol sur la mer de Haarlem, 1573), au Rijksmuseum d'Amsterdam (Combat naval devant Gibraltar, 1607) ainsi qu'à Haarlem. Il est également l'auteur de cartons de tapisseries : lord Hauwart lui commanda les dix cartons des fameuses Tapisseries de l'Armada qui décoraient autrefois la chambre des Lords.

Cornelis Hendricksz ([ ?] v. 1591 – [ ?] 1661). Fils du précédent, il est déjà mentionné comme artiste en 1621 ; membre de la gilde de Haarlem, il se sépare de celle-ci en 1642. Son œuvre, essentiellement constituée de quelques rares paysages boisés, atteste d'abord l'influence d'Elsheimer (dans le rendu minutieux et quasi graphique du feuillé) et révèle des affinités avec la manière d'Esaïas Van de Velde et de Salomon Van Ruysdael (le Paysage boisé de Londres, 1626, N. G., est son plus ancien tableau connu) ; à partir de 1630, cependant, Cornelis affirme davantage son originalité et ne laissera pas d'exercer une influence décisive sur le jeune Jacob Van Ruisdael. Ses plus belles réussites sont des vues de lisières de forêt avec des premiers plans d'eau calme (Bords de rivière, La Haye, coll. Thurkow et musée de Karlsruhe), si suggestifs par l'effet poétique de contrejour des frondaisons qui se détachent sur le ciel, constituant un trait d'union essentiel entre Adam Elsheimer et Jacob Van Ruisdael, dont Vroom tend à subir l'influence à la fin de sa carrière, par un véritable renversement de situation. Cornelis Hendricksz est également l'auteur de remarquables dessins.