En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Roelof Jansz Van Vries

parfois prénommé à tort Jan Reynier

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Haarlem 1630/31  –Amsterdam [ ?] apr. 1681).

Inscrit à la gilde de Leyde en 1653, à celle de Haarlem en 1657, on le retrouve à Amsterdam en 1659 d'où il ne bougera plus et où il est mentionné en 1681 pour la dernière fois. C'est un paysagiste proche de Jacob Van Ruisdael (son monogramme VR a été fréquemment altéré en JVR au xixe s. par des marchands peu scrupuleux), voisin de ces autres Haarlémois qui ont imité les grands maîtres tels que Cornelis Decker, Gillis et Salomon Rombouts, dont les œuvres sont parfois confondues avec celle de Vries. Les figures de ses tableaux sont quelquefois peintes par Lingelbach ou Adriaen Van de Velde. On reconnaît souvent Roelof Van Vries à sa manière de pignocher les murs et les feuillages de petits points dorés, et, en cela, l'artiste trahit aussi l'influence de Hobbema et de Claes Molenaer. Apprécié très tôt en France, Le Brun possédait une de ses œuvres. Comme exemples de sa manière, citons les paysages des musées de Londres (N. G., jadis attribués à Frans Decker), Turin, Stockholm (Nm), Amiens, Amsterdam (Rijksmuseum), Reims, La Haye (Mauritshuis).

Michiel († Haarlem av. 1702) fut très probablement le frère de Roelof et a peint presque exactement dans la même manière que celui-ci, au point que leurs œuvres se distinguent mal. Le Rijksmuseum en conserve (dont l'une date de 1656), ainsi que le musée de Rouen.