En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Wolf Vostell

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste allemand (Leverkusen 1932-Berlin 1998).

Après avoir fréquenté l'Académie pendant une brève période, il pratique la typographie et la peinture de 1954 à 1957 à Wuppertal, Paris et Düsseldorf. Dès 1954, il réalise ce qu'il appellera ses " décollages ", par lesquels il entend " les affiches déchirées, les lettres et les photographies déchirées et la forme extérieure déchirée des événements ". La structure de ces œuvres fait essentiellement appel à l'écriture (4 exemples [1954-1962] dans la coll. Cremer, catalogue de la Staatsgal. de Stuttgart, 1971).

Au début des années 60, Vostell choisit dans la réalité vue au travers du miroir de la presse politique ou à sensation des photographies de journaux et des images télévisées, qu'il projette sur de grands écrans en les estompant par un repeint (Kennedy en face de Corham, 1964). Le caractère fortuit de la coupure, le repeint et la projection floue de l'original forment un contraste voulu avec le degré de célébrité de l'instantané et le choc que son contenu accusateur ne peut manquer de produire. Les sculptures, souvent étayées d'appareils électroniques, constituent un 3e groupe d'œuvres ; elles exigent alors le concours du public, tel le Chewing-gum thermoélectrique, exposé en 1970 à la Kunsthalle de Cologne. Ces objets-espaces sont des œuvres de transition annonçant le 4e groupe, qui est aussi le plus important : les happenings ou — pour employer le terme de Vostell — les " séances Fluxus ". En 1964 eut lieu la manifestation In Ulm, um Ulm und um Ulm herum (" À Ulm, autour d'Ulm et à propos d'Ulm ", allusion à une locution allemande), au cours de laquelle le public fut invité 6 heures durant et à 24 endroits de la ville à prêter son concours dans un cadre défini. À côté de ces happenings, Vostell collabore depuis longtemps avec des musiciens, écrit des pièces radiophoniques, des scénarios, réunit des documentations et est responsable de la mise en pages de livres divers (catalogue de la collection Ludwig, W.R.M. de Cologne).

En 1976, Vostell réalise dans un paysage de rochers, à Malpartida de Cáceres (Espagne), son projet de musée sans mur destiné aux happenings, à la méditation et aux activités Fluxus.