En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Friedrich Vordemberge-Gildewart

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Osnabrück 1899  – Ulm 1962).

Après des études de sculpture et d'architecture à Hanovre, il se tourne dès le début des années 20 vers l'Art abstrait. Il adhère en 1924 aux mouvements Der Sturm à Berlin puis De Stijl aux Pays-Bas. Son art est d'inspiration constructiviste tout autant que néo-plastique (Composition n° 31, 1927, La Haye, Gemeentemuseum ; K N° 30, 1927 Berne, K. M.). Principale figure de l'Abstraction à Hanovre, il se lie avec El Lissitsky, Jean Arp, Théo Van Doesburg, Kurt Schwitters et fonde avec ce dernier le groupe Die abstrakten Hannover (d.a.h.), qui comprendra Carl Buchheister, Rudolf Jahns, Hans Nitzschke et César Domela, qui résidait à Berlin. Sa première exposition particulière a lieu à Paris en 1929, présentée par Michel Seuphor à la gal. Povolotsky. Il participe ensuite à l'exposition Cercle et carré en 1930 et devient membre du groupe Abstraction-Création en 1932. Il poursuit parallèlement son activité de typographe, comme beaucoup de peintres allemands de la même tendance à cette époque. Après avoir quitté Hanovre pour Berlin (1936-37), il émigre en 1938 à Zurich, puis aux Pays-Bas et s'établit à Amsterdam. Il retourne en 1955 en Allemagne pour enseigner à la Hochschule für Gestaltung d'Ulm. L'œuvre de Vordemberge-Gildewart, qui est l'une des plus remarquables de la deuxième génération de l'Art abstrait, s'impose par la subtilité et la rigueur de ses compositions (Composition n° 96, 1935, New York, Guggenheim Museum), la perfection de son exécution et son inspiration poétique. L'artiste est bien représenté dans les musées allemands ainsi qu'à Paris (M. N. A. M.) et au musée de Grenoble. Les musées de Cologne, Duisburg, Philadelphie conservent de ses œuvres. Une rétrospective a été consacrée à l'artiste (Ludwigshafen, Wilhelm-Hack Museum) en 1985.