En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacob Ferdinand Voet

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre flamand (Anvers 1639  – Paris 1700 [ ?]).

Longtemps confondue avec certains tableaux de Laurent Fauchier, l'œuvre de Voet, redécouverte en 1939, se compose d'élégants portraits en buste situés à mi-chemin entre ceux de Mignard et ceux de Carlo Maratta : Portrait de jeune homme (Bruxelles, M. R. B. A.), 3 Portraits de femmes, le Chevalier Jean de Souhigaray, Bertrand de Souhigaray, Catherine de Souhigaray (musée de Nantes), Thomas Burnet (1675, Londres, N. P. G.), Portrait d'un membre de la famille Rospigliosi Pallavicini (1672), Portrait d'homme, Lorenzo Onofrio Colonna (Rome, Gal. Pallavicini), Orazio Archinto (musée de Varsovie), Portrait de jeune femme (Ermitage), Sulpicia Chigi, princesse Farnèse (musée de Chartres), Urbano et Pompeo Rocci (Rome, Gal. Spada). Principalement actif à Rome entre 1670 et 1690 env., Voet y peignit de nombreux portraits, dont ceux des nièces du cardinal de Mazarin : Olimpia, Hortense, Maria et Maria-Anna Mancini (3 exemples à l'Escorial ; Offices ; Rome, Gal. Spada ; Rijksmuseum ; musée d'Agen) ; l'artiste s'en alla ensuite à Turin, puis finit sa carrière à la cour de France.