En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Willem Van der Vliet

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Delft v.  1584  – id. 1642).

Élève en 1613 de Mierevelt — avec qui il collabora —, inscrit la même année à la gilde de Delft, dont il fut le doyen en 1634, il peignit des portraits, aux coloris délicats, apparentés à ceux de Mierevelt et de Ravesteijn : Portrait d'un bourgmestre et de son épouse (1625, musée d'Amiens), Suitbertus Purmerent (1631, Londres, N. G.), Portrait de femme, Portrait d'homme (1636, Louvre), Jeune Garçon (1638, Rijksmuseum), Portrait d'homme (1640, musée d'Utrecht) ; un Portrait allégorique (1627, loc. inc.) à l'iconographie difficile, est d'un style tout à fait classique, conparable à celui de Poussin. Il influença Cornelis de Man.

Son neveu Hendrik Cornelisz (Delft v. 1611/12 – id. 1675) fut son élève et celui de Mierevelt. Inscrit à la gilde de Saint-Luc de Delft en 1632, il reçut une formation de portraitiste. On peut citer de lui en ce domaine un Portrait de famille (1640, loc. inc.), à l'exécution d'une parfaite netteté, confinant à un archaïsme voulu. Il signait rarement, ce qui fait que beaucoup de ses portraits sont sans doute encore baptisés de fausses attributions. Cependant, tout comme Houckgeest et de Witte, il peignit essentiellement des vues des principales églises de Delft, dans une manière claire et précise : la Nieuwekerk (1666, Rotterdam, B. V. B. ; musée de Nîmes), la Oudekerk (1654, Rijksmuseum ; 1655, musée de Châteauroux ; 1662, musée de Karlsruhe ; 1665, musée de Caen ; Louvre ; Vienne, Akademie ; Munich, Alte Pin. ; Mauritshuis ; Boston, M. F. A. ; musée de Clermont-Ferrand).