En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nicolas Vleughels

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Paris 1668-Rome 1737).

Fils d'un portraitiste flamand, il fut l'élève de Mignard (1694), fit un voyage à Rome et à Venise — où il connut Edelinck, qui devait graver certains de ses tableaux — et fut reçu à l'Académie en 1716 avec Apelle peignant Campaspe (Louvre), tableau dans lequel l'influence des coloristes vénitiens du xvie s. semble prédominante. Il s'établit à Rome (1724), où il devait prendre le poste de directeur de l'Académie de France en 1727 ; il en transféra le siège du palais Capranica au palais Mancini et s'occupa beaucoup de ses élèves (Bouchardon, M. A. Slodtz), leur faisant copier Raphaël au Vatican (1729), les Carrache à la galerie Farnèse, les œuvres des Napolitains, de Pietro da Cortona ou de Guido Reni. Il épousa en 1731 Marie-Thérèse Gosset, belle-sœur du peintre Pannini. Excellent administrateur, il peignit peu : le trait nerveux et la sensibilité de ses dessins et de ses pastels (Louvre) dénotent un souci d'élégance et de légèreté, peut-être appris des Vénitiens. L'exquise variété colorée de ses rares tableaux, souvent influencés par les œuvres de Véronèse et généralement de petit format (Vulcain présentant à Vénus les armes d'Énée, musée de Toulouse ; Hérodiade, 1730 ; Diseuse de bonne aventure, musée d'Angers ; Visitation, Sainte Famille, 1729, Ermitage ; le Repas chez Simon,1727, les Noces de Cana, 1728, Munich, château de Schleissheim), la vivacité spirituelle de la touche, rappelant Watteau, dont il fut l'ami, désignent Vleughels comme un peintre délicat et qui mériterait d'être mieux connu.