En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacopo Vignali

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Pratovecchio 1592  – Florence 1664).

Élève de Matteo Rosselli, puis maître de Carlo Dolci, il est l'une des figures les plus significatives de la peinture florentine de la première moitié du xviie s. dans la tendance de tendresse ambiguë et de naturalisme décoratif amorcée par Cigoli.

Ses peintures — surtout des sujets religieux ou dramatiques, à lumières fortement contrastées, sur fonds fumeux, et imprégnés de dévotion et de sensualité — révèlent quelques effets d'authentique émotion : toiles animées (Saint Pierre réveillé par l'ange, l'Ange et saint Jean l'Évangéliste, les Anges libérant les âmes du purgatoire) de S. Gaetano (v. 1637) ou la grande Madeleine de S. Annunziata (v. 1642), frémissante de passion contenue. Dans la dernière phase de son activité, Vignali fut influencé par des artistes plus jeunes, comme Martinelli, Riposo et même son élève Carlo Dolci. Outre les œuvres conservées à Florence (Pitti, Casa Buonarroti, Seminario Minore, Casino di S. Marco ; églises S. Simone, S. Stefano in Pano, Misericordia) et en Toscane (S. Casciano Val di Pesa, Castellina, Badia a Ripoli), on trouve des tableaux de Vignali notamment à l'Ermitage, au Vassar College Art Gal., à la Bob Jones University, Greenville (South Carolina) [Triomphe de David], au musée de Ponce à Porto Rico (Céphale et l'Aurore), au musée du Puy.