En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hendrick Verschuring

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Gorkum 1627  – près de Dordrecht 1690).

Il fut l'élève du portraitiste Dirk Govaertsz de Gorinchem, puis, à Utrecht, du paysagiste Jan Both, auprès duquel il demeura six ans, jusqu'à son départ en Italie, en 1646 où il resta jusqu'en 1654. En 1657, de retour dans sa ville natale, il devint membre de la magistrature tout en continuant sa carrière de peintre. Il se fit une spécialité des Cavaleries attaquant une place fortifiée (Londres, N. G.), des Chocs de cavalerie au pied d'une forteresse (1675, musée de Nantes). Il laissa aussi des paysages italianisants et des scènes méditerranéennes, bien dans l'esprit dans lequel les Hollandais voyaient l'Italie (Joueur de vielle, coll. part ; La Place de l'Aracoeli à Rome, en 1653, musée de Leipzig) ; et, dans la même idée, des scènes de chasse (Chiens de chasse dans un paysage, Mauritshuis), dont les motifs de ruines ou de cavaliers restent dans l'esprit de Jan Both.

Son fils Willem (Gorkum, près de Gorinchem, 1657 – Gorinchem 1715) fut son élève et celui de Jan Verkolje à Delft. Il peignit des petits portraits, des sujets de genre, des scènes intimes. Sa Joueuse de luth (Hambourg, Kunsthalle) reste l'une de ses meilleures peintures. Il était aussi graveur au burin et à la manière noire. On pense qu'il aurait abandonné la peinture pour le commerce.