En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jan Verkolje ou Jan Verkolye

dit le Vieux

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et graveur néerlandais (Amsterdam 1650 – Delft 1693).

Fils d'un serrurier, élève de Jan Lievens, il s'établit en 1672 à Delft, où il fut inscrit à la gilde de Saint-Luc en 1673. Il peignit surtout des portraits dans le style de Netscher et sa grande habileté technique assura son succès dans le genre (Guillaume III, Marie Stuart, femme de Guillaume III, Haarlem, musée Frans Hals ; Portrait d'homme, la Famille Vredenburch, 1683, musée d'Utrecht ; le Chasseur, Rotterdam, B. V. B.) et quelques scènes de genre et sujets mythologiques dans un style froid et sans accent qui rappelle celui de Ter Borch (Scène d'intérieur, 1675, Louvre). Il eut de nombreux élèves dont Willem Verschuring.

Il fut le père de Jan, dit le Jeune (mort av. 1763) , qui peignit et grava à la manière noire, et de Nicolaes (Delft 1673 – Amsterdam 1746) , peintre et graveur, établi à Amsterdam en 1700, qui continua la manière fine de son père (Johanna Magteld Van Bredehoff, 1722, musée d'Utrecht) et exécuta aussi des scènes d'histoire, proches de Van der Werff (Proserpine et ses compagnes cueillant des fleurs dans la prairie d'Enna, Louvre). La Toilette de l'amour (musée de Carcassonne) donne une bonne idée de la manière dont il traite l'histoire, rapprochant celle-ci de la scène de genre, mais dans un style étonnant pour l'époque, par la sobriété qui annonce même le Néo-Classicisme de la fin du siècle.