En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pieter Josef Verhaegen

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre flamand (Aerschot 1728  – Louvain 1811).

Élève de Beschey, il fut influencé par Rubens et par Crayer. À partir de 1753, il se fixa à Louvain, qu'il quitta pendant deux ans (1771-1773) pour voyager en France, en Italie et en Autriche. En 1771, il était nommé, par Charles de Lorraine, peintre ordinaire de la cour de Bruxelles, et Marie-Thérèse lui accorda ensuite le titre de premier peintre de Sa Majesté. En 1800, Verhaegen devait fonder l'École des beaux-arts de Louvain. Il est peintre de portraits ainsi que de sujets historiques et religieux, et ses meilleurs tableaux, les Disciples d'Emmaüs (1779, Bruxelles, M. R. B. A.), le Festin de Balthazar (id). le Festin d'Hérode (musée de Dijon), exécutés en 1783 pour l'abbaye de Saint-Bernard-sur-Escaut à Hernixem, les deux Continences de Scipion (musée de Valenciennes), le Martyre de saint Jacques (1765, Louvain, église Saint-Jacques) et le Calvaire (Louvain, Béguinage), révèlent un artiste baroque avant tout coloriste somptueux qui eut l'audace de poursuivre le lyrisme rubénien à une époque tout autre, dans des toiles de très grand format. Insensible à la révolution davidienne, il ne le sera pas moins à l'art italien et demeure fidèle à Rubens et à Gaspar de Crayer. Il se fit aider par son frère aîné, Jan Josef (Aerschot 1726-Louvain 1795) , épigone attardé de Téniers, qui dut son sobriquet de " Pottekens " (le petit pot) à ses Natures mortes de vaisselle (un bel exemple au musée de Besançon).