En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Louis Mathieu Verdilhan

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Saint-Gilles-du-Gard 1875  – La Pomme, près de Marseille, 1928).

C'est l'un des plus importants peintres modernes de la Provence, à laquelle il consacra presque toute son œuvre. Né dans une famille liée à Mistral, il s'installa à Marseille, où, à partir de 1895, il occupa toujours le même atelier. Il vint à Paris en 1898, puis en 1906 et se lia intimement avec Bourdelle et Marquet. Sa première exposition, discrète, eut lieu chez Braun, à Paris, en 1900, et dès lors il exposa régulièrement au Salon des indépendants. Il exécuta en 1925 la décoration murale du pavillon de la Provence pour l'Exposition universelle et en 1926 un panneau pour l'Opéra de Marseille. En 1923, il fit une exposition à New York. Artiste très scrupuleux, il a détruit lui-même et jeté dans le vieux port de Marseille un grand nombre de ses toiles. Un accident physique, la perte, en 1900, de son œil droit et l'influence de son ami Marquet expliquent peut-être l'orientation nouvelle de sa peinture, d'une pureté très originale, quoique d'un aspect plat et transparent. Son style consiste en aplats de tons très clairs, les formes étant indiquées seulement par des cernes pleins et purs. Ses thèmes, empruntés aux ports du Midi (le Port de Marseille, Paris, M. A. M. de la Ville), à la vie populaire, aux paysages et fleurs de Provence, se caractérisent par un dépouillement monumental et, suivant son propre terme, l'" aristocratie du ton ". Verdilhan est représenté au musée de Marseille.