En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bernar Venet

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et sculpteur français (Saint-Auban, Alpes-de-Haute-Provence, 1941).

Par la précocité de sa démarche et la logique de son travail, Bernar Venet peut être considéré comme le seul artiste français à illustrer le courant international de l'art conceptuel. Il est à ses débuts proche du Nouveau Réalisme et appartient à sa manière à l'" école de Nice " avec les tableaux enduits de goudron qu'il exécute entre 1961 et 1963. En 1964, ses " peintures industrielles " sont constituées d'assemblages de carton qui sont peints au pistolet industriel d'une laque noire uniforme, l'artiste ayant présenté d'autre part, dès 1963, un tas de charbon qu'il avait intitulé Sculpture au centre d'une galerie parisienne. C'est en 1966 qu'il va pour la première fois exposer un tube industriel sectionné en biseau à ses deux extrémités, posé au sol, et la projection agrandie de cet objet réalisée en dessin industriel, sur le mur (Tube n° 5 bis, 1966, coll. part., Turin). Il s'installe alors à New York et va présenter des formules de mathématiques, de physique ou de chimie, des dessins industriels, bientôt des pages de livres de science ou d'économie, agrandies au format d'un tableau (La droite D' représente la fonction y = 2x + 1, 1966, musée de Grenoble). Parallèlement, il organise des conférences ou réalise des œuvres pour bandes magnétiques qui constituent une part de sa propre création. Dans la lignée de l'Art concret et à la suite du Minimal Art américain, l'intention de Bernar Venet, comme de nombreux artistes conceptuels, est bien de parvenir à un détachement parfait à l'égard du sujet et de montrer des œuvres qui témoignent d'une totale neutralité. En 1971, convaincu d'avoir poussé sa démarche à l'extrême, il cesse son activité de peintre, à l'image de Marcel Duchamp, qu'il a connu et dans la filiation de qui il aime se situer, et d'Andy Warhol.

À partir de 1976, toutefois, Bernar Venet revient à la peinture en empruntant une direction plus formaliste, même si elle paraît au départ justifiée par un système. Ce sont les travaux sur les angles, qu'il montre, en particulier, au musée de Saint-Étienne en 1977 (Position de deux angles de 60 et de 120°, 1976). Ces œuvres seront suivies en 1979 par des arcs de cercles en relief installés sur le mur avec leur identification écrite dans la partie inférieure, puis en 1981 par des " lignes indéterminées ", formes en bois recouvertes de mine de plomb dont le dessin se déroule librement dans l'espace de façon à former une arabesque élégante. Ces recherches préfigurent le passage des œuvres de Bernar Venet dans l'espace avec les sculptures qu'il va réaliser à partir de 1983 à échelle réduite ou monumentale sur les thèmes de la ligne indéterminée ou de la forme géométrique et qui sont faites de tiges ou de tubes de métal soudés ou forgés (2 arcs de 204 degrés chacun, 1983, musée de Dunkerque ; Ligne indéterminée, 1985, coll. de la ville de Nice). Un ensemble d'œuvres monumentales a été présenté à Paris (Champ-de-Mars) en 1994. L'artiste est représenté à Paris (M. N. A. M.), à New York (M.O.M.A) et dans divers musées français et étrangers.