En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Antonio Maria Vassallo

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Gênes v. 1620  – Milan v. 1664-1673).

On ne possède sur lui que deux éléments documentaires, les dates de 1637 et de 1648 des tableaux signés, respectivement dans une coll. part. à Gênes (Martyre d'un saint) et dans l'église S. Gerolamo di Quarto à Gênes (Quatre Saints), ce qui permet de conclure à une activité contemporaine de celle de G. B. Castiglione. Vassallo, qui s'était formé sans doute auprès de Vincenzo Malo, élève de David Teniers et de Rubens, est imprégné par l'esthétique flamande. Dans ses quelques tableaux d'histoire, tel le Jugement de Salomon (signé A. M. V., Gênes, coll. part.), il montre sa prédilection pour les couleurs saturées et une certaine pompe décorative proche de l'art de Van Dyck. Il fut surtout un animalier et un peintre de fables et de scènes bucoliques, dans un registre analogue à celui de Castiglione ; avec moins d'invention et de talent, il transcrit littéralement les Métamorphoses d'Ovide et évoque l'Antiquité par un attirail classicisant (sarcophages, bas-reliefs) mis à la mode par Poussin (Latone, Gênes, Gal. di Palazzo Reale). On a identifié le style de ce peintre longtemps confondu avec Castiglione à partir des tableaux de l'Ermitage (Orphée ; Épisode mythologique) et des Offices (Circé ; Berger avec Armante) ainsi que dans les scènes animalières de la Gal. di Palazzo Bianco de Gênes.