En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

John Varley

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Aquarelliste britannique (Londres 1778  – id. 1842).

Après un apprentissage dans des conditions difficiles et sous la direction de J. C. Barrow, puis de Francía, il se consacra, ainsi que son frère cadet Cornelius (1781-1873) , au paysage. Il voyagea dans le pays de Galles en compagnie de G. Arnald (1763-1841) en 1798, et s'intégra par la suite au cercle du docteur Monro, où il se familiarisa avec l'art de Girtin et de Cozens. De 1799 à 1804, il exposa des paysages à Somerset House et il devint membre fondateur de l'Old Watercolour Society en 1804. Varley était un professeur de dessin réputé, dont les honoraires étaient très élevés ; il publia plusieurs brochures à l'usage des étudiants : A Treatise on the Principles of Landscape Drawing, 1816-1821 ; A Pictorial Treatise on the Art of Drawing, 1821 ; A Treatise on Zodiacal Physiognomy, 1828. Parmi ses élèves figuraient Cox, Linnell et Mulready. Aquarelliste professionnel du paysage pittoresque, il avait mis à profit les découvertes les plus accessibles de Girtin et de Turner. Toutefois, il peignait pour sa propre satisfaction des pièces fantastiques proches de l'esprit de Blake et qui influencèrent Samuel Palmer. Une cinquantaine d'aquarelles sont conservées à Londres (V. A. M.), ainsi que des études d'arbres, notamment au British Museum. Un des plus beaux paysages de Varley, Lever de soleil depuis le sommet du Cader Idris (1804), a figuré dans la coll. Paul Oppé.