En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Georges Vantongerloo

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et sculpteur belge (Anvers 1886  – Paris 1965).

Il étudie à l'Académie des beaux-arts d'Anvers et à celle de Bruxelles et pratique d'abord la sculpture. Il séjourne pendant toute la guerre à La Haye, où il fait la connaissance de Théo Van Doesburg. Aux côtés de celui-ci, il participe à la fondation du mouvement De Stijl, dont il signe le manifeste en 1917, et collabore à sa revue jusqu'en 1920. Il était parvenu à l'Abstraction dès 1917 par le dépouillement et la géométrisation des formes naturalistes. Dès 1919, ses sculptures en pierre, en bois ou en plâtre deviennent des emboîtements de parallélépipèdes rectangles, qu'il nomme " constructions de rapports de volumes ", comme celle du M. O. M. A. de New York, exécutées en 1921. À partir de 1926-27, il soumet ses recherches aux calculs mathématiques et aux tracés géométriques, dont il est féru, à l'inverse de Mondrian. Il expose ses théories dans l'Art et son avenir (Anvers, 1924) et les applique également à la peinture en voulant justifier chaque élément de sa composition. Ses œuvres s'appellent alors par exemple Composition émanant de l'équation Y = — ax² + bx + 18 avec accord de vert, orangé, violet et noir (1930, New York, S. Guggenheim Museum). De 1919 à 1927 il vit à Menton et vient ensuite s'établir à Paris. En 1930, il participe à la revue et à l'exposition Cercle et carré et, l'année suivante, fonde avec Herbin le groupe Abstraction-Création. Vers 1938, il abandonne la ligne droite pour adopter la courbe et produit une longue suite d'œuvres linéaires faites de fins tracés multicolores sur fond blanc. À partir de 1945, préoccupé par la traduction de la lumière dans l'espace, il peint des tableaux de plus en plus informels et ses sculptures, réalisées en Plexiglas, privilégient les formes courbes. Il résuma ses recherches dans un ouvrage publié à New York en 1948 (Paintings, Sculptures, Reflections). L'année suivante, le Kunsthaus de Zurich présenta ses œuvres en même temps que celles de Pevsner et de Max Bill. En 1985 et 1986, une rétrospective de son œuvre, organisée par Max Bill, a été présentée en Europe et aux États-Unis. Vantongerloo est représenté au Guggenheim Museum de New York, au M. N. A. M. de Paris, au Kunsthaus de Zurich, dans les musées néerlandais et au musée de Grenoble.