En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Rudolphus Johannes Philippus, dit Rob Van Koningsbruggen

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (La Haye, 1948).

Des études à l'Académie royale des Beaux-Arts (1967), à l'Académie libre de La Haye (1968-1970), puis à l'Atelier 63 de Haarlem, conjuguées à une grande admiration pour l'œuvre de Jan Schoonoven, conduisent Van Koningsbruggen à un travail mettant en valeur l'action de la pratique du peintre par rapport à la peinture achevée. D'abord concrétisée dans des œuvres composées de bandes grises ou blanches tracées en fonction de la largeur du pinceau (1971-72), cette tendance à valoriser le faire se marque dans des séries de tableaux où il utilise la toile même comme pinceau, appliquant de la peinture sur les tableaux, sur les côtés ou à l'intérieur de formes géométriques simples, cercles ou carrés, et faisant glisser une peinture sur une autre. Cette approche conceptuelle de la peinture insiste sur l'émergence des formes en dehors de toute détermination préalable du résultat, dans des tableaux en blanc et noir, puis en jaune, rouge et bleu, caractérisés par des effets de frottages et de superpositions de couleurs. Après une exposition rétrospective à Amsterdam (Stedelijk Museum, 1979), l'artiste marque une pause dans son œuvre, pour aboutir, à partir de 1982, à une approche plus volontaire du travail pictural. Effectuant des recherches sur les mélanges de couleurs, leur réaction entre elles, souvent à partir de cercles chromatiques, Van Koningsbruggen donne des tableaux où des triangles, des cercles, des carrés, des cônes de couleurs se superposent, glissent partiellement, coulent et se salissent réciproquement, créant des combinaisons picturales hors de toute convention, dans lesquels sont privilégiés les motifs géométriques.

De 1972 à 1978, l'artiste a souvent exposé gal. Swart ; son œuvre a fait l'objet d'expositions rétrospectives à Rotterdam (B. V. B., 1988) et à Saint-Priest (Centre d'art contemporain, 1988). Elle est représentée dans les grandes collections néerlandaises et notamment à Amsterdam, La Haye, Rotterdam, Groningue.