En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Van Valckenborch

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Famille de peintres flamands.

Lucas (Louvain v.  1530  – Francfort 1597). Inscrit dès 1560 à la gilde des peintres de Malines, il devint maître en 1564 et accepta, cette même année, Jasper Van der Linden comme élève. L'intérêt qu'il portait à la Réforme l'obligea à s'enfuir en 1566 à Liège, puis à Aix-la-Chapelle. On le retrouve à Anvers v. 1570 et à Bruxelles en 1577. Entré au service de l'archiduc, Lucas fit partie de sa suite lorsque celui-ci retourna en Autriche en 1581. Il résida à Linz jusqu'en 1593, puis se rendit à Francfort, dont il devint citoyen en 1594. Les sujets, quoique parfois d'inspiration biblique, sont plutôt anecdotiques. Les paysages, qui brillent par leur qualité picturale et par leur richesse d'invention, se rapprochent, par leur conception, de ceux de P. Bruegel sans atteindre à leur grandeur universelle. Le K. M. de Vienne possède une série de tableaux de l'artiste, pour la plupart des paysages de montagne, presque tous signés et datés. Quatre toiles de grand format figurant les Quatre Saisons furent exécutées pour l'archiduc Matthias de 1585 à 1587. Le Printemps contient à lui seul plus de 400 personnages. Cette importante suite s'inscrit dans la tradition des calendriers du Moyen Âge, mais elle est conçue dans l'esprit des paysages de Patinir et de Bruegel. Contrairement à ces derniers, Valckenborch accentue le caractère anecdotique des scènes et fait ressortir les particularités topographiques des régions représentées. Illustrant un épisode peu connu de l'Évangile, le petit panneau représentant les Possédés de Gérasa (Bruxelles, M. R. B. A.) semble être une œuvre tardive du maître. Composée de personnages minuscules, la scène, dont la structure plastique est rendue avec précision, se situe dans un paysage rocheux, où abondent des détails pittoresques ; elle est peinte en nuances subtiles imprégnant l'atmosphère d'une lumière vaporeuse. Au premier plan, selon le procédé maniériste, un promontoire dans l'ombre, où se trouvent une femme et un homme gesticulant, joue le rôle d'écran. D'autres œuvres de Lucas Van Valckenborch figurent dans les musées d'Amsterdam, de Brunswick, de Copenhague, de Francfort, du Prado, de Mayence, de Munich et au Louvre (la Tour de Babel, 1594). Leur datation s'échelonne entre 1567 et 1596.

Maarten (Louvain 1535 – Francfort 1612). Frère cadet du précédent, il était inscrit à la gilde des peintres de Malines en 1559 ; il acquit la maîtrise en 1563 et eut, la même année, Gysbrecht Jaspers comme élève. Vers 1564, il quitta Malines pour se fixer à Anvers jusqu'en 1572. Il devint citoyen d'Aix-la-Chapelle l'année suivante, mais retourna en 1584 à Anvers, qu'il quitta de nouveau deux ans plus tard pour s'établir définitivement à Francfort. Très influencé par son frère Lucas, il pratiquait le paysage pittoresque, qu'il a le plus souvent étoffé de scènes bibliques. Ses œuvres sont rares ; l'artiste est bien représenté à Vienne (K. M.) par 11 toiles de dimensions moyennes (86  123 cm) portant toutes un monogramme et illustrant le cycle des Mois, à l'exception de décembre. Les scènes qui s'inscrivent dans les paysages de cette série sont empruntées au Nouveau Testament ; l'Adoration des mages illustre, par exemple, janvier. On doit à Maarten 2 versions avec la Tour de Babel, l'une à Dresde (Gg), l'autre au château de Gaesbeek. Deux autres paysages signés se trouvent aux musées de Gotha et de Poitiers.

Frederik (Anvers 1566 – Nuremberg 1623). Fils du précédent, il quitta Anvers en 1586, pour se rendre à Francfort, dont il devint citoyen en 1597. Il résida à Nuremberg à partir de 1602 et y acquit la citoyenneté en 1606. Il a visité Venise et peut-être Rome. Contrairement aux autres artistes de la famille Van Valckenborch, il a peint non seulement des paysages, mais aussi des scènes historiques, mythologiques et religieuses, comme le Jugement dernier de Munich (Alte Pin.), la Conversion de saint Paul (Meaux, musée Bossuet). Maniériste authentique, il rechercha les effets de clair-obscur, le dynamisme et l'éclectisme dans l'inspiration.

Gillis (Anvers 1570 – Francfort 1622). Frère du précédent, il quitta en 1586 Anvers pour Francfort, où il fut accepté comme citoyen en 1597. Il visita Venise et probablement Rome en compagnie de son frère. Il a surtout peint des paysages maniéristes animés de nombreux personnages et traités dans une palette acidulée (Scène de bataille, Louvre), à la manière des artistes qui ont préparé l'avènement du paysage baroque.