En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Andrea Vaccaro

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Naples 1603  – id. 1670).

Formé au contact du Maniérisme napolitain déclinant, il révéla sa manière après avoir étudié les œuvres exécutées à Naples par Caravage, dont il copia la Flagellation de l'église S. Domenico (auj. Capodimonte). Cette œuvre, qui était conservée en face de l'original, marque le début de sa meilleure période. Cependant, Vaccaro, en comparaison des peintres contemporains, ne montra toujours qu'une compréhension superficielle des solutions formelles et luministes de Caravage. Dans l'imbrication des multiples expériences, qui vont de celles de Battistello (Caracciolo) à celles de Luca Giordano, lesquelles marquèrent la vie artistique napolitaine, il assume le rôle d'un expérimentateur bien informé des recherches les plus diverses. Son éclectisme, son académisme et son interprétation personnelle du luminisme de Ribera seront unifiés par les suggestions classiques de Reni. Les enseignements de Pietro Novelli, qui enrichirent la culture artistique locale de l'expérience de Van Dyck, avaient été accueillis avec enthousiasme. Ils ne libéreront pourtant pas tout à fait Vaccaro de la sécheresse de son schématisme formel. L'artiste tenta vainement d'adoucir sa manière en s'inspirant de Cavallino et de Stanzione : les résultats qu'il obtint alors apparaissent anachroniques et dépassés. À cette époque, en effet, s'affirmait déjà à Naples, avec Luca Giordano et Mattia Preti, la poésie fantastique de la peinture baroque.

Les œuvres d'Andrea Vaccaro sont conservées dans des églises napolitaines, au musée de Capodimonte, au Museo di S. Martino et au Palais royal de Naples (Jacob et Rachel) ainsi que, notamment, au musée de Sorrente, à l'Académie de San Fernando de Madrid, au Prado, aux musées de Barcelone, Besançon, Munich (Alte Pin.), Genève (Triomphe de David).