En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Michelangelo Unterberger

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre autrichien (Cavalese, Trente,  1695  – Vienne  1758).

Il fut l'élève de Giuseppe Alberti à Varena, puis de Nicola Grassi à Venise. Il travailla pour les églises et les couvents du Tyrol, fit un séjour prolongé à Passau et s'établit à Vienne. En 1737, il obtient un premier prix de dessin d'après le modèle à l'Académie et, l'année suivante, une médaille d'or pour sa composition la Répudiation d'Agar. En 1751, il est élu, pour trois ans, recteur de l'Académie, sans doute en raison de sa présence dans l'établissement depuis quatorze ans. Janneck et Troger sont ses assesseurs. Le mandat suivant est assuré par Troger, et Unterberger devient assesseur, mais il est réélu recteur en 1757. Contrairement à la plupart de ses compatriotes, Unterberger ne pratiqua presque jamais la fresque. Il peignit de nombreux tableaux d'autel dans un atelier très productif après 1750, auquel collabora peut-être son frère Franz Sebald (Cavalese 1706 - id. 1776) , dont il est parfois difficile de distinguer les œuvres, en particulier pour ce qui concerne les esquisses. Le tableau de l'église des Augustins à Vienne Jésus parmi les docteurs comporte les caractéristiques essentielles du style de Michelangelo Unterberger : accords de rouge et de bleu, pourtour noyé dans une zone d'ombre, fort contraste de lumière éclairant l'enfant gracile qui rappelle Trevisani. Dans la Mort de la Vierge (1749-50), considérée comme le chef-d'œuvre d'Unterberger (cathédrale de Brixen [Bressanone]), des motifs entiers sont empruntés à l'Assomption de Piazzetta (Louvre), qui connut un énorme succès dans les pays germaniques. Les esquisses (Madone et saints, pin. de Cavalese), à la palette vive et claire, reflètent parfois l'influence de Troger et celle de Pittoni. Les dessins (musées d'Innsbruck et de Budapest) font valoir la sûreté du trait et la précision de la répartition de la lumière.

Christoph (Cavalese 1732 – Rome 1798) . Neveu des deux frères, il subit d'abord leur influence à Vienne, puis se rendit en Italie, à Vérone et à Rome (1758), où il travailla avec Mengs. Ses œuvres appartiennent alors au goût néo-classique : portraits, décoration (fresques au Museo Clementino du Vatican et à la gal. Borghèse à Rome : le Triomphe d'Hercule, 1785-86) et tableaux d'autel envoyés dans les églises de sa région.