En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Günter Uecker

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste allemand (Weudorf 1930).

Il se forma à Wismar et à Berlin, puis à Düsseldorf (1953). Ses premiers reliefs, composés de rangées de clous peints en blanc, datent de 1954 (le Kaiser Wilhelm-Museum de Krefeld possède 3 exemples majeurs de ces compositions). L'emploi exclusif d'un seul matériau et d'une seule couleur donnant naissance à une structure légèrement altérée le destina à devenir un représentant notoire du groupe Zéro, fondé en 1958 par Mack et Piene à Düsseldorf. Pour ces 3 artistes, " zéro " signifiait un nouveau départ et l'expression de la " table rase ". Les blanches surfaces, faites de clous, n'évoquent rien : il ne s'agit que d'une facture et de formes ainsi créées dont l'esprit s'apparente souvent au dadaïsme. En recouvrant de clous des objets tels que chaises et pianos, en ayant recours à la lumière artificielle et au mouvement (les Danseurs de New York, 1965, appart. à l'artiste), aux procédés cinématographiques, à la musique (1971, Berlin, N. G.), Günter Uecker fit participer à son œuvre l'espace, le monde réel et, cela va de soi, le public ; toutefois, ces compositions ne sont autres que les variations d'un seul et même thème, formulé ainsi par l'artiste : " Je tendais essentiellement à une intégration de la lumière dont la variation faisait vibrer les surfaces blanches, créant ainsi un espace lumineux s'articulant librement. "

Après un séjour à New York (1964-65) — expositions à la Howard Wise Gal. —, Uecker s'est de nouveau fixé à Düsseldorf (expositions à la gal. Schmela depuis 1960). Sa participation à la Biennale de Venise en 1970, à Essen et à Varsovie en 1971 et ses expositions individuelles au Moderna Museet de Stockholm ont contribué à sa réputation.