En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Léon Arthur Tutundjian

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français d’origine arménienne (Amassia 1906 – Paris 1968).

Il arrive à Paris en 1923 après être passé par la Grèce et l’Italie. Il commence par donner des gouaches de style expressionniste avant d’exécuter une importante série de collages (1925-1926). En 1927, ses premières peintures sont abstraites et géométriques ; il est proche des tendances néoplastiques et constructivistes. Entre 1926 et 1929, il réalise des dessins à l’encre de grande qualité, où les principaux éléments de son répertoire formel (lignes droites et courbes, cercles et sphères, quadrilatères non réguliers) se tiennent dans un jeu de tensions savamment équilibré, devant des plages d’encre pulvérisée créant une illusion d’espace cosmique ou atmosphérique ; ces dessins ne sont pas sans rappeler l’œuvre graphique de Kandinsky. En 1930, il participe à la fondation du groupe Art concret aux côtés de Van Doesburg, Hélion, Carlsund et Wantz, suivi l’année d’après du groupe Abstraction-Création, dont il est membre fondateur. Il réalise également des reliefs, généralement composés d’un plan de bois supportant de fines tiges de fer et des éléments métalliques où les formes circulaires dominent (Relief, 1930, musée de Grenoble). En 1932, il se convertit au surréalisme ; ses tableaux, méticuleusement peints, sont alors habités de formes biomorphiques. En 1958, et jusqu’à sa mort, il revient à une abstraction pure, dont un certain lyrisme n’est pas absent. Son œuvre, sans aucun doute mésestimé, reste confidentiel, dispersé et peu montré.