En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

John Trumbull

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (Lebanon, Connecticut, 1756 – New York 1843).

En 1773, il était diplômé de l’université Harvard, où il rencontra J. S. Copley, qui l’influença fortement. Aide de camp de Washington et cartographe pendant la guerre de l’Indépendance, il se rendit en Angleterre pour y étudier en 1780 mais fut emprisonné à la suite de la guerre d’Indépendance. Libéré, il fut l’élève de B. West (1784-1789).

En 1785, invité par Thomas Jefferson, premier ambassadeur américain à Paris, Trumbull fut frappé par David et le néo-classicisme. Son art dérive de celui de West et de celui de Copley, et Trumbull consacra son talent à immortaliser les grands épisodes de la Révolution américaine, comme la Déclaration d’indépendance, la reddition de Cornwallis à Yorktown ou la démission de Washington après la victoire, en associant à la vérité documentaire un souffle déjà romantique.

Ces toiles, sans cesse reproduites depuis deux siècles, sont devenues emblématiques des débuts de l’histoire américaine. La première de ces 8 compositions, la Mort du général Warren à Bunker’s Hill (New Haven, Yale University Art Gal.), rappelle la Mort du major Peirson de Copley (Londres, Tate Gal.). Les esquisses des tableaux, conservées à Yale, ont un accent fougueux qui annonce Gros, et elles furent gravées et publiées par souscription publique. Après 1789, Trumbull vécut alternativement en Europe et aux États-Unis, où il se fixa définitivement, à New York, en 1816. Il occupa une place importante dans la vie artistique américaine et reçut la commande de plusieurs décorations pour le Capitole de Washington (1817-1824). En 1817, il fonda à New York l’Académie américaine des beaux-arts, qu’il dirigea jusqu’en 1836 et qui fut dissoute en 1839. Il est principalement représenté à New Haven : en 1831, il céda en effet à l’université Yale, contre une rente viagère, 55 tableaux et 58 miniatures. On trouve également de ses œuvres au musée de Cincinnati et au Metropolitan Museum.