En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacques-François Swebach

dit Swebach-Desfontaines

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et graveur français (Metz 1769  – Paris 1823).

Il fut élève de son père, Édouard (peintre de scènes militaires), et, à Paris, de Michel Hamon-Duplessis. Il collabora à la suite des Tableaux historiques de la Révolution (publiée en 1802 chez Auber), travailla à la décoration de Malmaison (Course dans les environs de Longchamp, 1800, musée de Montpellier), fut nommé premier peintre de la manufacture de Sèvres (1802-1813) et appelé à Saint-Pétersbourg (1815-1820) par Alexandre Ier. Habile pasticheur de Wouwerman, Swebach (rival de Demarne et de Boilly) fut un brillant paysagiste, également sensible à l'anglomanie illustrée principalement par Carle Vernet. Son œuvre est représentée aux musées de Dijon (l'Escarmouche), Gray (Chasse à courre), Metz (Scène militaire dans un paysage), Montpellier (Vue prise de la place de l'Étoile), Toulouse (le Coche, 1820) ainsi qu'au Louvre (Halte de cavaliers, Chasse à courre), à Versailles (le Campement de Saint-Omer sous le commandement du prince de Condé) et à Paris au musée Carnavalet (Profanation d'une église pendant la Révolution). On peut trouver de ses dessins et aquarelles dans les musées de Grenoble et de Sèvres ainsi qu'à Paris (Louvre et musée Carnavalet).